Eau et impérialisme

Traduction française par l’Etoile Rouge
LLCO.org

L’eau est essentielle, de diverses manières, à toutes les activités humaines. L’eau est un élément dont l’homme ne peut littéralement pas se passer. Chaque être humain a besoin d’eau pour vivre et avoir une bonne vie. Les sociétés ont besoin d’eau pour la survie de leurs populations. L’eau utilisable, en tant que ressource, est limitée et répartie de manière inégale sur la planète. La plupart des sociétés ont des difficultés à fournir de l’eau à leurs populations, en particulier dans le monde prolétarien, le Tiers Monde. L’impossibilité d’accéder à l’eau est appelée crise de l’eau. La crise de l’eau entraîne chaque année des coûts humains terribles. Et comme l’eau utilisable sera de moins en moins disponible à l’avenir, les populations prolétaires seront les premières victimes de la crise de l’eau. Les écrits de Vladimir Ilyich Lénine, théoricien social et architecte de la révolution Bolchevique, ont encadré les discussions sur l’impérialisme et la pauvreté mondiale. C’est Vladimir Illich Lénine qui a prédit des cycles de guerres mondiales, les impérialistes se disputant les ressources en baisse du Tiers Monde. Au XXIe siècle, les conflits autour de l’eau se multiplient. Le manque d’eau utilisable sera une source de grande instabilité.

L’impérialisme capitaliste joue un rôle dans la crise. Et ce sont les masses qui souffrent de ces guerres de l’eau et de l’instabilité sociale. Comme l’affirme l’activiste et auteur Arundhati Roy :

“L’Empire n’apparaît pas toujours sous la forme de missiles de croisière et de chars, comme c’est le cas en Irak, en Afghanistan ou au Viêt Nam. Il apparaît dans leur vie sous des formes très locales : perte d’emploi, factures d’électricité impayables, coupure de l’approvisionnement en eau, expulsion de leur logement et déracinement de leur terre. Il s’agit d’un processus d’appauvrissement incessant auquel les pauvres sont historiquement habitués. L’Empire ne fait que renforcer et exacerber les inégalités déjà existantes”(1).

Les effets de la crise de l’eau sont multiples. Selon le secrétaire général des Nations unies de l’époque, Kofi Annan, ” Une personne sur six vit sans accès régulier à l’eau potable ; plus du double – 2,4 milliards – n’a pas accès à des installations sanitaires adéquates “. (2) Chaque année, plus de cinq millions de personnes meurent de maladies liées à l’eau. (3) L’Organisation mondiale de la santé affirme que 1,8 million d’enfants meurent chaque année des suites de maladies causées par l’eau insalubre et l’assainissement. (4)

1,2 milliard de personnes ne disposent d’aucune installation sanitaire. 2,5 milliards de personnes ne disposent pas d’installations sanitaires décentes. (5) Les matières fécales sont à l’origine de la majorité des maladies dans le monde. À tout moment, la moitié des pauvres des pays en développement sont malades à cause de l’approvisionnement en eau, de l’assainissement et de l’hygiène. La principale cause d’infection est le manque d’assainissement, généralement lié à l’eau. (6)

En outre, l’agriculture et la crise de l’eau sont liées. Tout d’abord, la crise de l’eau est un facteur important de la crise alimentaire mondiale. Les mauvaises techniques agricoles gaspillent l’eau. Et, globalement, si l’agriculture reste sur la même voie, elle produira de moins en moins par rapport à la population humaine croissante. Selon une source, “l’agriculture irriguée fournit 45 % de l’approvisionnement alimentaire mondial et, sans elle, nous ne pourrions pas nourrir les six milliards d’habitants de notre planète”. Selon l’influent directeur de l’institut de recherche environnementale Worldwatch, Lester Brown, la pénurie d’eau est aujourd’hui “la plus grande menace pour la sécurité alimentaire mondiale” (7) Une grande partie de l’irrigation actuelle est soumise à des contraintes, utilisant plus de réserves d’eau souterraine que ce qui peut être maintenu. (8) À mesure que l’accès à l’eau diminue, la surutilisation des réserves d’eau actuelles entraîne une augmentation de la pollution et des dommages causés à l’environnement. Cela entraîne à son tour une diminution des ressources en eau. Ainsi, la crise de l’eau est également un facteur important de la crise alimentaire mondiale.

La croissance démographique aggravera particulièrement les problèmes liés à l’eau et à l’agriculture. Un tiers de la population mondiale vit actuellement dans des pays soumis à un “stress hydrique”. (9) Ce chiffre ne fera qu’augmenter dans les années à venir. “La croissance démographique et économique en Asie et dans le reste du monde en développement est l’un des principaux facteurs de la pénurie d’eau douce. Selon les Nations unies, la population humaine devrait passer de 6 milliards à environ 9 milliards d’ici à 2050. Pour les nourrir, il faudra irriguer davantage les cultures”. (10) Nourrir une population accrue signifie plus d’eau.

C’est le Tiers Monde qui subit de plein fouet la crise de l’eau. L’accès à l’eau varie considérablement d’un endroit à l’autre. L’examen de la répartition de l’accès à l’eau d’un endroit à l’autre montre que les pays du Premier Monde ont un meilleur accès à l’eau que les pays du Tiers Monde. C’est exactement ce à quoi l’on pouvait s’attendre. Les privilèges dans un domaine s’accompagnent de privilèges dans d’autres domaines. Les personnes à hauts revenus, celles du Premier Monde, ont accès à la nourriture, au logement, à l’eau et à d’autres biens nécessaires à la bonne vie.

Le revenu médian mondial est d’environ 912,50 USD (2,50 USD par jour). Il y a 2,5 milliards de personnes qui vivent avec moins de 730 dollars par an (2 dollars par jour). En revanche, le revenu annuel médian d’un ménage aux États-Unis était de 46 326 dollars en 2006. (11) Une personne moyenne a besoin de 5 gallons d’eau par jour pour survivre. L’Américain moyen consomme entre 100 et 176 litres d’eau par jour. Une famille africaine moyenne consomme environ 5 gallons par jour. (12) Il y a 2,9 milliards de personnes qui n’ont pas accès à des installations sanitaires décentes. (13) Ceux qui n’ont pas accès à l’eau potable ne font pas partie du Premier Monde.

La richesse et le pouvoir du Premier Monde se traduisent par la capacité de contrôler l’accès à l’eau dans le Tiers Monde. Les impérialistes utilisent l’eau comme une marchandise parmi d’autres, et ils n’hésitent pas à brandir leur contrôle sur cette marchandise à des fins politiques. Ce phénomène n’a fait que s’accentuer avec la course à la mondialisation.

L’eau joue un rôle de plus en plus important dans les plans impérialistes contre le Tiers Monde. Par exemple, l’un des différends entre les Palestiniens et les Israéliens concerne l’aquifère de montagne situé sous la Cisjordanie. L’État israélien et les colons ont dominé les réserves d’eau souterraine. Les Palestiniens doivent payer l’eau trois fois plus cher que les Israéliens. (14) En vertu du droit international, Israël est tenu de fournir de l’eau potable aux Palestiniens. Israël n’est pas autorisé à leur refuser l’accès à l’eau. (15) Pourtant, l’augmentation des coûts est un moyen de faire la guerre aux Palestiniens en utilisant l’eau au lieu des balles. En contrôlant l’eau, sa distribution et son coût, les Israéliens et leurs alliés américains sont en mesure d’exercer un pouvoir sur les Palestiniens. Contrôler l’eau, c’est contrôler l’agriculture et l’approvisionnement en nourriture, c’est contrôler l’assainissement et la vie humaine.

La crise de l’eau menace également de jouer un rôle dans le renversement du mouvement de réforme agraire au Zimbabwe. L’une des conséquences du mouvement de réforme agraire au Zimbabwe a été l’augmentation des problèmes d’eau. Les terres du Zimbabwe ont été contrôlées par les Européens, réduisant la population africaine au paupérisme. La réforme agraire de Mugabe a redistribué les terres à la population africaine majoritaire. L’une des conséquences inattendues de la réforme agraire a été que les nouveaux propriétaires se sont révélés incapables d’entretenir les systèmes d’eau et les barrages d’irrigation.

Ces problèmes peuvent être manipulés par des forces politiques. (16) Les anciens propriétaires terriens, ceux qui ont bénéficié de l’ancien système impérialiste et de suprématie blanche au Zimbabwe, ont tout intérêt à ce qu’il y ait une crise de l’eau parce qu’ils ont tout à y gagner. Une telle crise pourrait être exploitée politiquement pour évincer Mugabe et revenir au pouvoir. Ces forces sont soutenues par de puissants alliés occidentaux qui cherchent à réduire le Zimbabwe au statut de colonie. (17)

Le seul exemple de fin heureuse est le conflit en Bolivie. Le conflit de l’eau en Bolivie a également opposé une puissance impériale à un peuple plus pauvre. La Bolivie est l’un des pays les plus pauvres d’Amérique latine. (18) Soixante-dix pour cent de sa population vit dans la pauvreté. Dix pour cent des enfants meurent avant l’âge de cinq ans. L’économie bolivienne a été détruite par l’hyperinflation dans les années 1980. Une petite élite dirigeante domine la société bolivienne. Soixante pour cent de la population est indigène. Les personnes d’origine européenne ont toujours eu plus de privilèges que les segments pauvres et indigènes de la population. En Bolivie, en 1999, Cochabamba a vendu aux enchères son approvisionnement en eau afin d’augmenter les services. Le système d’approvisionnement en eau a été acheté par Aguas Del Tunari, qui fait partie de Bechtel, une grande entreprise américaine. Dans le cadre de l’achat, l’entreprise s’est vu garantir un taux de profit de 15 à 17 %. Après avoir pris le contrôle du système d’approvisionnement en eau, Aguas del Tunari a augmenté les tarifs de l’eau, parfois jusqu’à 300 %. (19) Cela a déclenché des manifestations massives qui ont duré deux mois. Les manifestants ont accusé l’entreprise de “louer la pluie” et se sont heurtés à l’armée bolivienne. Des centaines de personnes ont été arrêtées et un jeune homme de dix-sept ans a été tué par balle. Le journaliste Luis Bredow décrit la révolte :

“Tout le monde manifestait, tout le monde… Je n’ai jamais rien vu de tel en Bolivie. Les femmes au foyer jetaient des pierres sur la police. C’était vraiment une révolte”.

Le conflit de l’eau a croisé le sentiment nationaliste traditionnel. Ces affrontements ont failli provoquer l’effondrement du gouvernement bolivien. La vente des ressources en eau a dû être annulée. L’idée que l’eau est une marchandise comme une autre a conduit à un désastre pour les masses. Selon Vandana Shiva :

“La solution du marché à la pollution repose sur l’hypothèse que l’eau est disponible en quantité illimitée. L’idée que les marchés peuvent atténuer la pollution en facilitant une meilleure répartition ne tient pas compte du fait que le détournement de l’eau vers une région se fait au prix d’une pénurie d’eau ailleurs.
Contrairement aux théoriciens de l’entreprise qui prônent des solutions de marché à la pollution, les organisations de base appellent à des solutions politiques et écologiques. Les communautés qui luttent contre la pollution industrielle de haute technologie ont proposé la Charte communautaire des droits environnementaux, qui comprend les droits à une industrie propre, à la sécurité contre l’exposition nocive, à la prévention, à la connaissance, à la participation, à la protection et à l’application, à l’indemnisation et à la dépollution. Tous ces droits sont des éléments fondamentaux d’une démocratie de l’eau dans laquelle le droit à une eau propre est protégé pour tous les citoyens. Les marchés ne peuvent garantir aucun de ces droits.”

En outre :

“Les hypothèses du marché ne tiennent pas compte des limites écologiques fixées par le cycle de l’eau et des limites économiques fixées par la pauvreté. La surexploitation de l’eau et la perturbation du cycle de l’eau créent une rareté absolue que les marchés ne peuvent pas remplacer par d’autres marchandises. L’hypothèse de la substitution est en fait au cœur de la logique de la marchandisation”.(20)

Le problème de la crise de l’eau peut être résolu en principe. Selon une source, 97,5 % des ressources en eau de la Terre sont salées. Sur l’eau restante, seul un petit pour cent est disponible pour l’homme :

“Cependant, même cette proportion infime serait suffisante pour permettre à l’homme de vivre sur Terre si le cycle de l’eau fonctionnait correctement et si nous gérions notre utilisation de l’eau de manière judicieuse”. (21)

Malgré cela, la nature du capitalisme est de considérer chaque ressource, du travail à l’eau, comme une marchandise. La crise de l’eau ne peut être résolue à l’échelle mondiale tant qu’il n’y aura pas de changement dans les relations sociales à l’échelle mondiale. Elle ne peut être résolue dans le cadre du système capitaliste actuel, car la nature même du capitalisme est de donner un prix aux ressources, d’éliminer les biens communs. Dans ces conditions, il est probable que les solutions ne seront pas mises en place avant très longtemps. En attendant, cela se traduit par une augmentation des conflits, voire des guerres, pour un accès à l’eau de plus en plus restreint.

La raison pour laquelle la crise de l’eau ne sera pas résolue à court terme est que les impérialistes ont intérêt à la perpétuer. L’impérialisme capitaliste est un système organisé autour du profit, et non des besoins humains. Tant qu’il y aura des profits à faire en “louant la pluie” ou en utilisant la crise de l’eau pour déstabiliser des ennemis politiques, les décideurs politiques du Premier Monde n’agiront pas pour résoudre la crise de l’eau. Il appartiendra aux masses de résoudre elles-mêmes les conflits liés à l’eau, comme cela a été fait en Bolivie. Pour résoudre le problème au niveau mondial, pour le résoudre une fois pour toutes, il faut des changements radicaux et fondamentaux. Il faut une société entièrement nouvelle au niveau mondial, un nouveau pouvoir, organisé selon la science révolutionnaire la plus avancée, le Communisme de la Lumière Guidante. Il n’y a pas de problème que nous ne puissions résoudre. Osez gagner.

Notes

1. Roy, Arundhati. People vs. Empire. In These Times magazine. January 2005.
2. Hillary Mayell UN Highlights World Water Crisis for National Geographic News. June 5, 2003.
3. Pacific Institute, Dirty Water: Estimated Deaths from Water-Related Diseases 2000-2020. 2002.
4. Global Citizens Core. Retrieved from: http://www.globalcitizencorps.org/issues.htm?page=issues_water&elon=1&gclid=CN7WgOrp7ZYCFRxNagodBmgurg
5. UNICEF/WHO. Progress on Drinking Water and Sanitation: Special Focus on Sanitation. 2008.
6. Water Supply and Sanitation Collaborative Council (WSSCC). 2008. A Guide to Investigating One of the Biggest Scandals of the Last 50 Years.
7. Africa’s Potential Water Wars. BBC News. 1999. Retrieved from: http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/454926.stm
8. World Water Crisis Underlies World Food Crisis. Environmental News Service. 2008. Retrieved from: http://www.ens-newswire.com/ens/aug2008/2008-08-18-01.asp
9. The World Water Crisis. Retrieved from: http://www.worldwaterday.net/index.cfm?objectid=E39A970B-F1F6-6035-B9F75093B863ED13
10. Wallace, Scott. Is water becoming ‘the new oil’? Christian Science Monitor. 2008. Retrieved from: http://features.csmonitor.com/environment/2008/05/29/is-water-becoming-‘the-new-oil’/
11. US Census Bureau. Retrieved from: http://www.census.gov/
12. UN Water. Tackling a Global Crisis: International Year of Sanitation 2008. 2008.
13. UN Water. Tackling a Global Crisis: International Year of Sanitation 2008. 2008.
14. Ofori-Amoah, Abigail. Water Wars and International Conflict. 2004. Retrieved from: http://academic.evergreen.edu/g/grossmaz/OFORIAA/
15. Water war leaves Palestinians thirsty. BBS News. June 2003. Retreived from: http://news.bbc.co.uk/2/hi/middle_east/2982730.stm
16. Maoist-Third Worldists denounce imperialist meddling in Zimbabwe. Retrieved from: http://monkeysmashesheaven.wordpress.com/2008/06/26/maoist-third-worldists-denounce-imperialist-meddling-in-zimbabwe/
17. Banda, Ignatius. Poverty: Water Wars Hit Rural Zimbabwe. IPS. Retrieved from: http://ipsnews.net/news.asp?idnews=44294
18. Bolivia Country Report. CIA World Fact Book. 2008. Retrieved from: https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/bl.html
19. Joseph, Richard. The Water War in Bolivia. Counterpunch. March 26/7, 2005. Retrieved from: http://www.counterpunch.org/joseph03262005.html
20. Vandana Shiva. Water Wars. South End Press. 2002. Retrieved from: http://www.thirdworldtraveler.com/Vandana_Shiva/Water_Wars_VShiva.html
21. World Water Crisis Underlies World Food Crisis. Environmental News Service. 2008. Retrieved from: http://www.ens-newswire.com/ens/aug2008/2008-08-18-01.asp

* Une version antérieure de cet article a été initialement publiée ailleurs, mais l’auteur nous a donné la permission de la republier ici avec des modifications.

Leave a Reply