Moins de travail pour le même salaire

Traduction française par l’Etoile Rouge
LLCO.org

Une expérience est en cours dans le Premier Monde, en Suède, pays social-démocrate : moins de travail pour le même salaire :

“Göteborg, la deuxième plus grande ville de Suède, commencera son expérience avec des journées de travail de six heures cet été, en espérant prouver que les heures de travail plus courtes peuvent compenser ce qu’elles perdent en temps par un travail plus efficace.
Si le projet fonctionne bien, il pourrait s’étendre à l’ensemble de la société civile suédoise, mais certains habitants chanceux de Göteborg vivent déjà le rêve. La semaine dernière, l’Agence France-Presse s’est entretenue avec un mécanicien de la ville qui travaillait six heures par jour. ‘Mes amis me détestent. La plupart d’entre eux pensent que parce que je travaille six heures, je ne devrais pas être payé pour huit heures’, a expliqué Robert Nilsson.” (1)

Le Tiers Monde et le Premier Monde ne doivent pas être considérés comme des catégories rigides. Il s’agit plutôt des pôles d’un continuum. Les populations très riches comme celles de l’Europe occidentale, des États-Unis, du Canada, du Japon, etc. sont plus stéréotypées dans le Premier Monde, tandis que les populations plus pauvres comme la majorité des Indiens, des Bangladais, des Haïtiens, etc. sont plus stéréotypées dans le Tiers Monde. D’autres pays, comme les populations des Balkans ou du Chili, se situent plus près du milieu du continuum. La liste suivante compare les heures annuelles travaillées par travailleur en 2012. La liste n’indique pas clairement si elle prend en compte uniquement les salariés et les employés, ou d’autres catégories. Nous pensons qu’elle ne prend en compte que les salariés, et éventuellement les employés, et non les paysans qui travaillent leur propre terre ou d’autres types de travailleurs, par exemple. Malheureusement, les pays les plus proches du Tiers Monde ne sont pas représentés sur la liste. Malgré cela, la liste des heures annuelles effectivement travaillées par travailleur en 2012 est instructive :

“Mexique 2 225,66
Grèce 2,033.96
Chili 2,029
Fédération de Russie 1,982
Pologne 1,929
Israël 1,910
Estonie 1,889
Hongrie 1,888.45
Turquie 1,855.058
République tchèque 1,800.231
États-Unis 1,789.922
République slovaque 1,785
Pays de l’OCDE 1,765.488
Italie 1,752
Japon 1,745.201
Nouvelle Zélande 1,739
Australie 1,728
Canada 1,710
Islande 1,706.1
Autriche 1,699
Portugal 1,691
Espagne 1,686
Finlande 1,672
Royaume-Uni 1,654
Slovénie 1,640
Suède 1,621
Luxembourg 1,609
Belgique 1,574
Danemark 1,545.95
Irlande 1,529
France 1,479
Norvège 1,419.7
Allemagne 1,396.6
Pays-Bas 1,381
Journée de travail de 6 heures 1 332″ (2)

Bien qu’il y ait des exceptions dans la liste, en général, les pays les plus pauvres sont regroupés vers le haut, suivis par les pays les plus riches au milieu et au bas de la liste. Le Mexique, dont la population est l’une des plus pauvres de la liste abrégée, se situe quelque part entre l’extrême pauvreté du Tiers-Monde et le milieu du continuum entre le Tiers-Monde et le Premier-Monde. Il est important de souligner que le Mexique est l’un des pays les plus riches du Tiers Monde. Malgré cela, le Mexique a probablement la population la plus pauvre de tous les pays de la liste ci-dessus. Parmi les pays de la liste ci-dessus, le Mexique est en tête, ses ouvriers travaillant le plus. Parmi les pays de la liste, d’autres pays plus pauvres sont regroupés en tête de liste. Si la liste devait inclure d’autres économies pauvres du Tiers Monde dotées d’une industrie, il est presque certain que ces travailleurs travailleraient encore plus d’heures que les travailleurs mexicains et beaucoup plus d’heures que les pays plus riches du Premier Monde. Il est évident que la seule prise en compte des heures travaillées ne donne qu’une vision très incomplète du Tiers Monde. Le Tiers monde compte également d’importantes populations vivant dans une extrême pauvreté et rendues improductives par le système : populations des bidonvilles, populations rurales sans terre, réfugiés, etc. Ces populations ne sont pas représentées dans la liste. Malgré cela, la liste tend à confirmer que lorsque les habitants du Tiers Monde peuvent travailler, ils le font plus longtemps, dans des conditions plus difficiles et pour un salaire moindre. Presque toujours, leur travail est plus exigeant physiquement que celui des pays du Premier Monde.

En ce qui concerne la répartition des heures de travail entre les pays les plus riches, la raison pour laquelle certaines économies plus pauvres du Premier Monde, comme le Portugal, travaillent moins que les États-Unis s’explique probablement par des normes culturelles différentes, l’existence d’une social-démocratie européenne, le type d’économie, etc. Quoi qu’il en soit, l’expérience suédoise consistant à raccourcir la semaine de travail sans baisse de salaire est un indicateur supplémentaire de la grande différence de qualité de vie entre le Premier Monde et le Tiers Monde. Il existe d’autres moyens de réduire la durée du travail dans des pays comme les États-Unis qui ne sont pas pris en compte dans la liste. Par exemple, dans de nombreux cas, certaines populations des États-Unis entrent sur le marché du travail plus tard en raison de l’allongement de la durée de l’adolescence, de l’extension de l’enseignement supérieur, etc. Ce n’est pas un hasard si la culture des loisirs et l’adolescence ont connu une forte croissance après la Seconde Guerre mondiale, lorsque les États-Unis sont devenus le chef de file des impérialistes occidentaux. Nombreux sont ceux qui ont observé l’attitude laxiste à l’égard du travail des “générations x, y et z”. “Trente ans, c’est le nouveau vingt ans” est une caractérisation populaire de cette prolongation de l’adolescence qui, dans certains cas, agit comme une sorte de prolongation des années passées à consommer sans travailler, un peu comme la retraite, mais avant d’entrer dans la vie active à plein temps. Encore une fois, cela ne caractérise pas tous les Américains, mais une partie importante de la population. En revanche, les travailleurs du Tiers Monde ont tendance à entrer dans la vie active plus jeunes et ne bénéficient généralement pas d’une retraite. Ce type de contraste n’apparaît pas si l’on se contente d’examiner le nombre d’heures travaillées par an et par pays. En réalité, la disparité d’activité est probablement beaucoup plus grande pour un travailleur régulièrement employé dans le Tiers Monde que dans le Premier Monde.

Cette expérience est un exemple de la manière dont la paix sociale est achetée dans le Premier Monde au prix du refus d’une meilleure qualité de vie dans le Tiers Monde. Le fait que le Premier Monde puisse se permettre un tel compromis entre ses strates montre que les différentes strates du Premier Monde ne sont pas antagonistes. Ceux qui travaillent dans le Premier Monde ont beaucoup plus en commun avec ceux qui sont au-dessus d’eux qu’avec ceux qui sont au-dessous d’eux en termes de style de vie, de culture et d’intérêts de classe. En général, les différentes strates du Premier Monde entretiennent des relations fondées sur le compromis et l’unité. Cela contraste fortement avec la manière dont le Premier Monde traite les populations pauvres antagonistes du Tiers Monde. Cela se reflète également dans le manque général d’activité révolutionnaire dans le Premier Monde par rapport au Tiers Monde. La nature réactionnaire du Premier Monde infecte même ceux qui prétendent être de gauche. Ils “agitent le drapeau rouge pour s’y opposer”. Certains anarchistes du Premier Monde cherchent à préserver leur mode de vie du Premier Monde tout en “abolissant complètement le travail”. Ces social-impérialistes n’expliquent pas comment ils pourraient y parvenir sans continuer à imposer des souffrances au Tiers Monde. De même, d’autres partisans du Premier Monde cherchent à accroître la consommation du Premier Monde aux dépens des masses du Tiers Monde.

L’économie mondiale est un jeu qui distribue la qualité de vie. C’est un jeu où il y a des gagnants et des perdants. Les habitants du Premier Monde sont pour la plupart des gagnants. Les masses du Tiers Monde sont les perdantes du capitalisme-impérialisme. Le Premier Monde est peuplé d’ennemis de classe pour la plupart. Les véritables populations révolutionnaires sont les masses du Tiers Monde, le Monde Prolétarien. La Lumière Guidante est la voix des pauvres. La Lumière Guidante est l’épée et le bouclier des pauvres. Il est du devoir de chaque Lumière Guidante de tout consacrer, de tout sacrifier, de vivre et de mourir pour le peuple. Servir le peuple. Nous nous battons pour notre avenir. Notre jour arrive.

Notes 1. http://www.washingtonpost.com/blogs/worldviews/wp/2014/06/02/how-great-would-swedens-proposed-six-hour-workday-be-this-great/ 2. ibid.

Leave a Reply