Lin Biao est-il coupable d’avoir comploté un coup d’État ?

Traduction française par Redstar

LLCO.org

“Être en compagnie d’un roi, c’est être en compagnie d’un tigre. – Proverbe chinois, cité par Lin Biao

“Après la mort de Lin Biao, le fanatisme s’est estompé. C’était comme si nous étions tous dans un rêve.” (1)

Les articles mentionnant les réalisations et les activités du bien-aimé vice-président et ministre de la défense Lin Biao étaient fastidieux. À l’instar du Président, les photos du Vice-président apparaissaient de plus en plus régulièrement à mesure que leurs cultes de la personnalité respectifs avaient pris de l’ampleur à la suite des nombreuses luttes pour le pouvoir au cours des dernières décennies. Puis, un grand silence. Aucune mention du “plus proche compagnon d’armes” et du “meilleur étudiant” de Mao. Aucune explication n’est donnée pour l’instant. Un silence mystérieux a pesé lourdement sur l’opinion publique. De grands changements sont annoncés au sommet. Encore une lutte de pouvoir ? Le public attend des nouvelles. Les plus hauts responsables furent presque immédiatement informés que la situation de Lin Biao s’était radicalement inversée. Le 14 septembre 1971, Zhou Enlai a annoncé, lors d’une réunion top secrète du Politburo, la suspension de nombreux hauts responsables militaires, dont les noms n’ont pas été révélés. Des autocritiques sont exigées. S’ensuivent l’arrestation de 93 officiers et la purge de plus d’un millier de personnes accusées d’avoir des liens avec Lin Biao. C’est en octobre que les nouvelles sont parvenues jusqu’aux échelons inférieurs de la hiérarchie du Parti. C’est un mois plus tard, en novembre, que le public a appris la sinistre nouvelle. En 1980 et 1981, lors du procès-spectacle des “cliques contre-révolutionnaires de Lin Biao et de la Bande des Quatre”, le récit officiel des événements de la journée a été rappelé par le tribunal :

“Lin Biao, après l’échec de sa tentative de devenir président de l’État et d’usurper le pouvoir par une “transition pacifique”, a mis en place un complot pour un coup d’État contre-révolutionnaire armé.

En février 1971, Lin Biao et Ye Qun ont envoyé leur fils, Lin Liguo, à Shanghai, où il a réuni les principaux membres de la ” Flotte Commune ” – ainsi qu’ils décrivaient leur détachement spécial contre-révolutionnaire – pour mettre au point les détails du coup d’État. Le plan du coup d’État s’intitule Schéma du ‘projet 571’. (“571” étant un jeu de mots sur le ‘soulèvement armé’ chinois –Ed).

Sous la direction directe de Lin Biao, Lin Liguo a désigné Jiang Tengjiao comme “commandant de la ligne de front” pour l’action dans la région de Shanghai. Leurs plans prévoyaient d’attaquer le train spécial du président Mao avec des lance-flammes et des fusées de 40 mm, de dynamiter le pont ferroviaire de Shufang près de Suzhou, sur lequel le train devait passer, de bombarder le train depuis les airs, etc.

Lorsque Lin Biao et Ye Qun ont appris, le soir du 11 Septembre, que leur projet d’assassinat du Président Mao avait échoué et que le Président avait déjà quitté Shanghai pour Pékin, ils ont décidé de se rendre à Guangzhou avec leurs collaborateurs pour y créer un “comité central du parti” distinct et diviser la nation. Ils envisagent même “une attaque en tenaille du nord et du sud en alliance avec l’Union Soviétique”.

Un avion spécial a été envoyé avec Lin Liguo à bord vers un endroit proche de la station estivale de Beidaihe pour que Lin Biao et Ye Qun puissent voler vers le sud. Tard dans la nuit du 12 septembre, Lin Biao, sa femme et son fils ont appris de leur source secrète que le premier ministre Zhou Enlai s’était renseigné sur l’envoi non autorisé de l’avion spécial. Le 13 septembre à 00h32, les Lin décollent en toute hâte pour un pays étranger. L’avion s’est écrasé en chemin. L’épave et les corps de tous les passagers ont été retrouvés près d’Undur Khan en Mongolie.” (2)

Le Vice-Président bien-aimé avait cherché à tuer le Président bien-aimé. Le “plus proche compagnon d’armes”, le “meilleur élève” et le “successeur désigné” de Mao était accusé d’avoir trahi la Chine, le Parti Communiste et, ce qui est le plus impensable, Mao lui-même. La voix de la Pensée Mao Zedong a cherché à assassiner Mao. Le symbole de la précieuse Révolution Culturelle de Mao est désormais accusé d’avoir orchestré un complot visant à s’emparer du pouvoir pour lui-même. L’opinion publique est confuse et stupéfaite par l’énormité des événements. Qu’est-ce que cela augurait pour l’avenir ? Faut-il s’attendre à de nouvelles saignées au sein du Parti ? Dans l’armée ? Dans les rues ? Qu’en est-il de la Révolution Culturelle que Lin Biao avait fini par symboliser personnellement ? Le médecin de Mao, le docteur Li Zhisui, affirme que Mao a lui aussi été profondément ébranlé par les événements :

“Son déclin physique après l’affaire Lin Biao a été dramatique […] il est devenu dépressif. Il s’est mis au lit et y est resté toute la journée, ne disant et ne faisant pas grand-chose. Lorsqu’il se levait, il semblait avoir vieilli. Ses épaules se voûtaient et il se déplaçait lentement. Il marchait en traînant les pieds. Il n’arrivait pas à dormir.

Sa tension artérielle, qui est normalement de 130 sur 80, passe à 180 sur 100. Le bas de ses jambes et ses pieds ont gonflé, surtout au niveau des chevilles. Il a développé un rhume et une toux chroniques et s’est mis à cracher de grandes quantités de mucosités. Ses poumons étaient très encombrés. Aucun des tests que j’ai effectués n’a révélé la présence de bactéries pathogènes, y compris l’infection de ses poumons. C’était un signe de diminution de la résistance. Son cœur était légèrement hypertrophié et son rythme cardiaque était irrégulier… Le 20 novembre 1971… Alors que Mao escortait le premier ministre nord-vietnamien jusqu’à la porte, les caméras ont révélé la démarche traînante de Mao. Ses jambes, disaient les gens, ressemblaient à des bâtons de bois branlants”. (3)

La santé de Mao ne se serait jamais complètement rétablie après avoir entendu la nouvelle. Qu’en est-il de la santé de la révolution ?

La décennie de la Révolution Culturelle, c’est-à-dire la dernière décennie de la vie de Mao, de 1965 à 1976, n’a pas encore été entièrement comprise. Ce qui existe, c’est un marécage de récits contradictoires et incomplets qui couvrent la dernière décennie de la vie de Mao. Et l’épisode Lin Biao est au cœur de tout cela. L’incident Lin Biao est sans doute l’événement le plus important de la décennie de la révolution culturelle. Il est peut-être même plus important que la propre mort de Mao en 1976. Pourtant, la mort de Lin Biao soulève plus de questions qu’elle n’apporte de réponses. L’incident est enveloppé d’un mystère entretenu par l’État et des intérêts sectaires. Comme pour tout événement politique controversé, il n’y a pas de consensus parmi les spécialistes sur ce qui s’est passé et sur sa signification. L’histoire “officielle” a été réécrite à plusieurs reprises au gré des vents politiques au sommet de la Chine. Aujourd’hui, une nouvelle réécriture est en cours. Cette fois-ci, elle part de la base. Les universitaires jettent un nouveau regard sur les événements, maintenant que le temps a permis au sujet de se calmer. Les retraités, les anciens participants ou les proches des personnes disgraciées espèrent laver le nom de leur famille en cherchant à réduire leur propre participation ou celle de leur famille aux événements, afin d’écarter le blâme d’eux-mêmes ou de leurs proches. Des récits récents ont jeté un peu de lumière sur l’événement de Lin Biao, mais tout comme les récits antérieurs étaient colorés par les intérêts de l’appareil policier du régime et des factions politiques en présence, les récits récents sont colorés par une autre série de préjugés évidents. Certains espèrent que leur propre sort, ou du moins celui de leur famille, pourra être inversé si Lin Biao est acquitté sur le plan criminel et politique. C’est le cas, par exemple, du récit des événements fait par la fille de Wu Faxian, chef de l’armée de l’air de Lin Biao, Jin Qiu. C’est également le cas du récit de Wang Li sur la révolution culturelle. Le procès contre Lin Biao n’a jamais été une simple question de savoir s’il était coupable des accusations, des actions individuelles, dont il est accusé. A-t-il comploté pour tuer Mao, par exemple ? L’autre question est d’ordre politique. Quelle politique a conduit Lin Biao à sa perte ? Que Lin Biao ait agi comme un assassin ou non n’est pas aussi important que la question de savoir si la politique qu’il défendait était traître et contre-révolutionnaire ou révolutionnaire. C’est cette dernière question qui a alimenté le débat politique chinois depuis la mort de Lin Biao jusqu’au simulacre de procès sous le régime de Deng Xiaoping en 1980 et 1981. La question de la culpabilité pénale et politique de Lin Biao a été considérée, et continue d’être considérée, par la plupart des gens comme une évidence, même si les preuves contre lui tombent comme un château de cartes lorsqu’on les examine de près. Le fait qu’il ait fallu tant de temps aux révolutionnaires pour aborder ces questions témoigne du triste état du soi-disant mouvement communiste international. Répéter les récits policiers de l’époque où Mao était en vie, comme le font souvent les Maoïstes d’aujourd’hui, n’est guère plus éclairant que de répéter les récits policiers de la période qui a suivi la mort de Mao. Un dogme sectaire reste un dogme sectaire, qu’il date de 1974 ou de 1981. La défaite du socialisme en Chine est étroitement liée à la chute de Lin Biao, qui a représenté un tournant majeur, une perte importante de l’élan révolutionnaire, une perte de cœur parmi le peuple en Chine et dans le monde. Le socialisme n’existe pas aujourd’hui. Les dernières grandes vagues de révolution ont été vaincues. Pourquoi ? Si nous voulons faire mieux, si nous voulons progresser dans notre marche vers le Communisme de la Lumière Guidante, vers la fin de toute oppression, nous devons être capables de répondre aux questions difficiles. Une grande partie de la réponse à cette question consiste à faire l’histoire correctement en apprenant à traiter l’histoire honnêtement. Lin Biao a été accusé de nombreux chefs d’accusation. Au fur et à mesure que l’affaire se développait, l’accusation qui est devenue centrale était celle selon laquelle Lin Biao préparait un coup d’État contre le régime. C’est cette accusation qui sera examinée ici.

Récits contradictoires

Aujourd’hui, il existe trois types de récits sur l’incident de Lin Biao : 1. Les récits Maoïstes, 2. les récits qui suivent la ligne officielle du régime capitaliste en Chine, 3. les nouveaux récits. Le premier type de récit est pratiquement mort aujourd’hui. Il vit principalement dans la tête d’un nombre décroissant de sectes maoïstes et d’activistes en ligne. Il s’agit du principal récit exprimé dans les médias chinois depuis le dixième congrès du parti communiste chinois en 1973 jusqu’à la mort de Mao en septembre 1976. Il s’est poursuivi au début de la période Hua Guofeng jusqu’en janvier 1979 environ. Ce récit Maoïste est né au cours des dernières années de la vie de Mao. Il n’était pas statique, mais n’est apparu pleinement qu’après les luttes politiques qui ont eu lieu entre 1971, le dixième congrès de 1973 et la mort de Mao en 1976. Au Dixième Congrès, le récit du prétendu coup d’État de Lin Biao et les raisons qui l’ont motivé sont entrés dans l’histoire du Parti comme la dixième lutte à deux niveaux entre la ligne révolutionnaire, représentée par Mao, et la ligne révisionniste. Le récit Maoïste émerge comme une sorte de contrôle des dommages pour Mao, la gauche connue sous le nom de “la Bande des Quatre” et la Révolution Culturelle. L’image publique de Lin Biao était tellement liée à Mao, à la gauche et à la Révolution Culturelle qu’il était nécessaire de trouver un moyen d’empêcher la disgrâce de Lin Biao d’entacher le mouvement Maoïste et la Révolution Culturelle dans son ensemble. Après tout, Lin Biao était si proche de la Révolution Culturelle qu’il en était venu à symboliser le mouvement dans son ensemble. Lin Biao était régulièrement présenté comme le “meilleur élève de Mao”, le “plus proche compagnon d’armes”, le “successeur sélectionnés avec soin”, etc. Lin Biao a joué un rôle moteur dans la popularisation du Maoïsme et de la Pensée Mao Zedong. Les principales directives et les principaux discours de la révolution culturelle étaient généralement prononcés par Lin Biao, et non par Mao. Non seulement Lin Biao a présenté le Rapport au Neuvième Congrès en Avril 1969, à l’apogée de l’influence Maoïste, la constitution du Parti Communiste a été réécrite pour faire de Lin Biao le successeur officiel de Mao. Mao n’était pas le seul à soutenir la position de Lin Biao en tant que successeur, mais d’autres maoïstes de premier plan, Jiang Qing et Zhang Chunqiao, par exemple, étaient d’accord pour que Lin Biao soit officiellement inscrit dans la constitution. (4) Lin Biao a poursuivi une politique d’association étroite avec Mao, du moins publiquement. Pendant des années, les médias Chinois ont cherché à établir un lien entre Mao et Lin Biao. Mais aujourd’hui, le vent a tourné. Lin Biao ayant été disgracié, les droitiers et les révisionnistes qui s’étaient opposés aux politiques Maoïstes cherchaient maintenant à utiliser la disgrâce de Lin Biao pour entacher la Révolution Culturelle dans son ensemble et ses partisans restants, y compris des dirigeants comme Jiang Qing et Zhang Chunqiao, qui allaient être connus par dérision comme faisant partie de la “Bande des Quatre”. Les révisionnistes cherchent à inverser la tendance en défaveur de la gauche. Il devient important pour les Maoïstes restants de briser le lien dans l’esprit du public entre Lin Biao et la Révolution Culturelle. En ce qui concerne la responsabilité pénale, le récit Maoïste est en grande partie en accord avec le récit officiel capitaliste qui émerge pendant le procès spectacle sous le régime de Deng Xiaoping en 1980 et 1981. Dans les deux récits, Lin Biao est présenté comme un opportuniste avide de pouvoir qui visait à renverser la dictature du prolétariat et à instaurer un despotisme féodal. Toutefois, la principale différence entre le récit officiel de la dernière année de Mao et le récit à partir de 1979 est que Lin Biao, dans le premier récit maoïste, n’est pas ultra-gauche, mais plutôt un cas de “gauche dans la forme, droite dans l’essence”, “pseudo-gauche, ultra-droite”. Même si cette explication, selon laquelle la principale voix de la Révolution Culturelle n’était pas un gauchiste, mais en réalité un “ultra-droitier”, a semblé à la plupart des gens tirée par les cheveux, Mao l’a soutenue de tout son poids dans un effort pour protéger la Révolution Culturelle et ce qu’il restait de la gauche. Mao a tranché le débat pour le moment.

Il n’est pas surprenant que l’interprétation politique Maoïste des erreurs de Lin Biao n’ait pas fait long feu au sein de l’establishment ou de la rue Chinoise. Cette interprétation ne correspondait pas à ce que les gens comprenaient de Lin Biao. C’est la force de Mao, et non la force de l’argumentation, qui l’a maintenue en vie aussi longtemps que Mao a existé. À sa mort, l’interprétation Maoïste s’est éteinte peu de temps après, et n’a survécu que dans quelques sectes Maoïstes dogmatiques. Après la mort de Mao, la gauche restante a été facilement dépassée. Les généraux restants de Lin Biao, Chen Boda et la “Bande des quatre” ont rapidement comparu ensemble lors du procès-spectacle des “Cliques contre-révolutionnaires de Lin Biao et de Jiang Qing” organisé par le régime capitaliste de Deng Xiaoping de 1980 à 1981. La plupart des accusations criminelles portées contre Lin Biao sont restées inchangées, mais le rôle des différents généraux qui auraient participé au complot a été réévalué. Les généraux n’étaient plus directement impliqués dans le coup d’État. Ils ont donc été rapidement libérés. Avec la chute des derniers Maoïstes après la mort de Mao en septembre 1976, les preuves concoctées pour servir l’agenda maoïste ont été, au moins en partie, écartées. Malgré cela, la conclusion principale est restée inchangée en ce qui concerne les événements fondamentaux entourant le prétendu coup d’État de Lin Biao. Le plus grand changement a été le verdict politique. Lorsque Lin Biao a été disgracié pour la première fois en 1971, la droite et les révisionnistes, Zhou Enlai et ses alliés, ont cherché à remettre en question l’ensemble de la révolution culturelle et à saper la gauche restante, la “Bande des quatre”. Une dynamique s’est créée pour que les erreurs de Lin Biao soient qualifiées d'”ultra-gauche”, d'”anarchiste”, d'”a priori”, d'”absence de ligne de masse”, etc. Bien que l’intervention de Mao ait temporairement étouffé ces critiques, elles allaient réapparaître lorsque l’histoire du Parti serait à nouveau réécrite par les efforts de Deng Xiaoping en 1979. Le régime de Deng Xiaoping a réécrit l’histoire pour réduire l’ensemble de la Révolution Culturelle aux efforts d’ultra-gauchistes tellement avides de pouvoir qu’ils se souciaient peu de nuire à l’économie Chinoise, au niveau de vie des masses, aux vétérans loyaux du Parti, aux héros de guerre, etc. Selon la droite et les révisionnistes, dans leur quête pour s’emparer du pouvoir total, l'”ultra-gauche” voulait détruire le socialisme et ramener la Chine à son passé féodal et économiquement arriéré. Lors du simulacre de procès, la “Bande des Quatre” a été accusée, comme la clique de Lin Biao, d’avoir fomenté son propre coup d’État d’ultra-gauche. Ce type de récit est le plus populaire aujourd’hui et continue de former la base du récit officiel du régime Chinois révisionniste et capitaliste.

D’autres récits ont émergé ces dernières années. De plus en plus de personnes se méfient des récits populaires. En Chine même, les récits de l’État, qu’ils soient maoïstes ou capitalistes, suscitent un scepticisme croissant. Ce scepticisme n’a fait que croître à mesure que l’on s’éloignait des événements. Les tensions politiques se sont atténuées au fil des décennies. De plus en plus de personnes ayant vécu ces années turbulentes se sont exprimées. Certains des nouveaux récits sont égocentriques, rédigés pour disculper les auteurs ou leurs familles. Pour ce faire, ils rejettent la plupart ou la quasi-totalité de la responsabilité sur Mao, qui est dépeint comme un marionnettiste jetant telle faction contre telle autre, la gauche contre la droite, puis la droite contre la gauche, sans autre raison que d’assurer son maintien au pouvoir et de protéger son propre héritage. Dans certains de ces récits, les protagonistes, y compris Lin Biao, deviennent des pions infortunés dans le drame de Mao. Ces récits tendent à rejeter les luttes politiques, les considérant comme de la poudre aux yeux pour l’ego ou le comportement erratique de Mao. Ces récits cherchent souvent à atténuer la culpabilité des protagonistes en établissant une distinction nette entre leur politique publique de gauche et leur politique privée de droite. Dans ces récits, la politique privée des acteurs ne peut être devinée qu’à travers des souvenirs et des anecdotes. Et, surprise, surprise, la politique privée des gauchistes déchus s’avère avoir toujours été en accord avec le régime moderniste, économiste et conservateur qui est arrivé au pouvoir après Mao, un régime qui exerce toujours une influence substantielle sur l’avenir des personnes impliquées dans les événements et de leurs familles. Bien que ces récits aient bien remis en question la réalité des accusations criminelles portées contre Lin Biao, ils n’ont souvent pas examiné l’aspect politique de la question, qui est hautement suspect. La fille du chef de l’armée de l’air Wu Faxian, Jin Qiu, a écrit un de ces récits qui présente Lin Biao comme un type de Zhou Enlai, comme quelqu’un qui travaille dans les coulisses pour lutter contre les excès de la révolution culturelle. Le récit des événements par Wang Li est un autre récit qui s’attire les faveurs du régime actuel, compte tenu de son rôle de premier plan au sein de la gauche. Nous pensons que, qu’il s’agisse des années Maoïstes ou des années capitalistes, les récits officiels sont grossièrement inexacts. Ces récits officiels ont été façonnés par la police et les intérêts sectaires, sans grand souci de la vérité. En outre, les récits égoïstes apparus plus récemment doivent être considérés pour ce qu’ils sont. Malgré cela, il y a une vérité à découvrir. L’histoire ne peut être réduite aux caprices de Mao.

Lin Biao et la Révolution Culturelle

Lin Biao entre en politique dans le cadre des luttes de pouvoir qui ont eu lieu vers la fin du Grand Bond. Il y a eu un débat sur la manière de résumer les problèmes du Grand Bond. Les droitiers et les révisionnistes qui s’étaient rassemblés autour de Liu Shaoqi et de Deng Xiaoping considéraient que les échecs provenaient du fanatisme Maoïste et du populisme. Les Maoïstes, tout en reconnaissant les problèmes, soutenaient que l’orientation de base, qui mettait l’accent sur l’idéologie, l’égalitarisme, le collectivisme, l’expérience sociale, le populisme et l’enthousiasme, était correcte. C’est ainsi qu’a commencé une lutte acharnée au sein de la direction. Les révisionnistes et les droitiers cherchaient à jeter l’économie collective, les Maoïstes cherchaient à la préserver. Dans le cadre de ces luttes, Mao avait perdu sa capacité à s’appuyer sur le Parti pour mettre en œuvre ses politiques radicales. Mao a perdu son autorité au sein du Parti. Les révisionnistes, sous la direction de Liu Shaoqi et de Deng Xiaoping, contrôlaient la machine du Parti. Dans le cadre de ces luttes, les Maoïstes ont réussi à déloger l’un de leurs principaux détracteurs, le ministre de la défense Peng Dehuai en 1959. En tant que nouveau ministre de la défense, Lin Biao a veillé à ce que l’armée soit réorganisée selon les principes Maoïstes. Lin Biao a ramené l’armée à ses racines en tant qu’armée populaire. L’armée ne devait pas simplement être une force de combat, mais aussi une force économique, sociale et politique. Bon nombre des programmes et politiques Maoïstes qui feront plus tard partie de la Révolution Culturelle ont été mis en œuvre pour la première fois dans l’armée de Lin Biao. L’armée était une sorte de terrain d’expérimentation pour les campagnes avant qu’elles ne soient appliquées à l’ensemble de la société. Le culte de la personnalité autour de Mao, mais aussi de Lin Biao, a été fortement encouragé dans l’armée au cours des années qui ont précédé la révolution culturelle, afin de s’assurer de la loyauté des troupes. Le “petit livre rouge”, citations du président Mao, a d’abord été préparé pour l’armée par Lin Biao. Plus tard, ce livre a été distribué dans toute la société, devenant de plus en plus populaire au cours de la Révolution Culturelle. Lin Biao a fait la promotion des “trois articles constamment lus”. Comme de nombreuses campagnes lancées par l’armée, la popularisation des ouvrages de Mao “Servir le peuple”, “À la mémoire de Norman Bethune” et “Le vieil homme fou qui enlevait les montagnes” a ensuite été étendue à l’ensemble de la société au cours de la révolution culturelle. C’est Lin Biao qui a élevé les théories de Mao au rang de troisième étape créative et supérieure du Marxisme, dans le cadre de ces efforts visant à renforcer l’éducation idéologique. Pendant la Révolution Culturelle, l’armée servait de modèle que les médias Maoïstes louaient et encourageaient les masses à imiter. L’instruction de mettre “la politique aux commandes!”, qui a été promue dans toute la société pendant la Révolution Culturelle, faisait à l’origine partie de la politique des “Quatre Premiers” de Lin Biao dans l’armée en 1959. Cette politique privilégiait l’homme par rapport à l’armement, le travail politique par rapport au reste du travail, le travail idéologique par rapport au travail de routine, les idées vivantes par rapport à l’étude des livres. De par leur conception, les “Quatre priorités” et le “style de travail en trois huit” ont eu un impact bien au-delà de l’armée. L’armée de Lin Biao s’efforçait d’atteindre un idéal égalitaire et communiste qui serait adopté par les Révolutionnaires Culturels. Dans cette optique, l’armée a également éliminé l’affichage extérieur des grades. Sous Lin Biao, la presse militaire a poussé la société à s’efforcer d’atteindre le communisme. Mao, en public et même en privé, a été impressionné par les efforts de Lin Biao et a qualifié ses réalisations de “grandes”. (5)

Mao a averti qu’il y avait des capitalistes au sein même du Parti. Au cours de la période qui a précédé la Révolution Culturelle, les Maoïstes en sont venus à caractériser la lutte qui les opposait à leur opposition comme une lutte entre classes. Il ne s’agissait pas d’une lutte non antagoniste qui pouvait être résolue, mais plutôt d’une lutte antagoniste qui exigeait qu’une partie élimine l’autre. Les Maoïstes, dans l’ensemble, représentaient le prolétariat, la poussée vers le communisme, la fin de toutes les oppressions. Les révisionnistes cherchaient à se moderniser, à s’aligner sur la capacité de production et la culture consumériste de l’Occident. La Chine d’aujourd’hui, avec ses ateliers de misère, est le résultat de l’héritage révisionniste. À l’approche du milieu des années 1960, le compromis conclu entre les deux factions à la fin du Grand Bond s’est effondré. Une lutte militante a éclaté entre les Maoïstes et les Révisionnistes. Les Maoïstes étaient dirigés par Mao et Lin Biao, ainsi que par leurs plus proches subordonnés. Un observateur affirme que c’est Lin Biao lui-même qui a dressé la liste de ceux qui allaient diriger la Révolution Culturelle Maoïste. Mao lui-même aurait été satisfait des choix de Lin Biao pour la composition d’un nouveau groupe de la Révolution Culturelle chargé de diriger les luttes de pouvoir et de mener la Révolution Culturelle. (6) Chen Boda, secrétaire personnel et rédacteur fantôme de Mao pendant des décennies, a pris la tête de ce groupe. Mao a dit un jour de Chen Boda : “Aucune révolution ne peut se faire sans théorie. Chen Boda est l’un des rares théoriciens dont dispose notre parti”. (7) Jiang Qing, l’épouse de Mao, est nommée directrice adjointe du groupe. Un groupe de jeunes écrivains radicaux qui avaient travaillé avec Chen Boda en tant que polémistes furent également nommés. Wang Li, Qi Benyu et Guan Feng deviendront des proches de Chen Boda et de Jiang Qing. Zhang Chunqiao, fonctionnaire Maoïste et Yao Wenyuan, critique littéraire, tous deux originaires de Shanghai, en sont également membres. Xie Fuzhi, ministre de la sécurité publique, est nommé. Kang Sheng, chef de la police secrète, rejoint également le groupe. Zhou Enlai, qui allait diriger l’État, a également été nommé. D’autres ont été nommés, mais n’ont pas fait grand-chose. Presque tous les membres étaient associés à la gauche, à l’exception de Zhou Enlai et peut-être de Kang Sheng, tous deux fidèles à Mao et dont la politique n’était pas claire. La Révolution Culturelle sous la direction des maoïstes commence en 1966 et se termine avec le Neuvième Congrès en avril 1969. Toutefois, comme les luttes n’ont pas pris fin en 1969, on parle souvent de la décennie entière, jusqu’à la mort de Mao, en 1976, comme de la ” Décennie de la révolution culturelle “. Cette décennie a été marquée par une lutte sanglante entre de nombreuses factions au sein du parti. Elle conduira à la chute de nombreux membres de l’élite politique chinoise, parmi les plus hauts placés et les plus puissants, dont Lin Biao lui-même en septembre 1971.

Au début de la Révolution Culturelle, les révisionnistes contrôlant le Parti et une grande partie de la bureaucratie d’État, les Maoïstes devaient trouver un moyen de les contourner. L’armée de Lin Biao jouera un rôle clé dans le lancement de la Révolution Culturelle. Les Maoïstes s’appuieront sur l’armée de Lin Biao comme institution clé pour promouvoir leur ligne politique. L’armée de Lin Biao, avec son département politique, ses institutions culturelles, ses médias alternatifs, son implication dans l’économie, ses armes, etc. servira de sorte de double pouvoir sur lequel les Maoïstes pourront s’appuyer contre les institutions contrôlées par les révisionnistes. Les révisionnistes pouvaient contrecarrer les Maoïstes dans d’autres institutions, mais l’armée – au moins au centre, où régnait le pouvoir de Lin Biao – était loyale. Mao pouvait contourner le Parti et l’État en utilisant les doubles institutions militaires de Lin Biao. L’armée a fourni à Mao la base institutionnelle clé à partir de laquelle il a pu reprendre le pouvoir. Mao a contourné les bureaucraties révisionnistes en s’appuyant sur l’armée, en utilisant sa popularité et en s’adressant directement aux masses. Mao – presque toujours en utilisant Lin Biao comme doublure – a appelé les masses, les étudiants et les travailleurs, à se soulever contre le Parti. Les étudiants et les travailleurs rebelles, les gardes rouges, sont descendus dans la rue sous la forme de vastes mouvements de masse entre 1966 et 1968. Lin Biao n’a pas seulement contribué à préparer le terrain, il a utilisé les muscles de l’armée pour créer une bulle protectrice afin que les mouvements de masse puissent suivre leur cours. Sa garde prétorienne Maoïste, dirigée par Lin Biao, a retenu, du mieux qu’elle le pouvait, ceux qui voulaient réprimer le chaos déclenché par les Maoïstes. Au fur et à mesure que les mouvements de masse suivaient leur cours, que le Parti et l’État se déchiraient, l’armée, pilier de la dictature du prolétariat, venait combler le vide du pouvoir. Comme Mao aimait à le dire, il n’y a pas de création sans destruction.

Au fur et à mesure que la Révolution Culturelle se déroulait, les mouvements de masse devenaient de plus en plus audacieux. Ils en viennent à viser le Président de l’État, Liu Shaoqi, et le Vice-Président du Parti, Deng Xiaoping. Ils sont de plus en plus critiqués par les masses. Tous deux avaient participé à la répression, parfois violente, du mouvement étudiant au cours des mois précédents. La chute de Liu Shaoqi et de Deng Xiaoping s’accompagne de la montée en puissance de Lin Biao. En juillet 1966, Liu Shaoqi a perdu son pouvoir. L’année suivante, il devra se présenter devant les étudiants et répondre des crimes qu’il a commis en réprimant le mouvement étudiant. Le Garde Rouge Kuai Dafu, travaillant en étroite collaboration avec le Groupe de la Révolution Culturelle, mènera la campagne contre lui. En 1968, Liu Shaoqi est officiellement démis de toutes ses fonctions. Liu Shaoqi est considéré comme le principal dirigeant capitaliste du Parti et comme un traître. Deng Xiaoping est également tombé en tant que deuxième plus grand routier capitaliste, bien que Mao soit intervenu pour éviter à Deng Xiaoping d’être purgé. Au lieu de cela, Deng Xiaoping a été puni par la rééducation et le travail. Il a été envoyé travailler sur des tracteurs dans une ferme collective. Grâce à l’intervention personnelle de Mao, Deng Xiaoping reste membre du parti. La chute de Liu Shaoqi et de Deng Xiaoping s’accompagne de celle d’un grand nombre de leurs subordonnés et associés. Il y a eu un énorme vide de pouvoir au sein du Parti. Dès juillet 1966, Lin Biao est venu remplacer Liu Shaoqi dans la structure du pouvoir, sinon dans les titres officiels. Mao venait de le nommer seul vice-président du Parti. Mao désigne Lin Biao comme son successeur officiel.

Les mouvements de masse ne cherchent pas seulement à élargir la purge des révisionnistes, ils en viennent aussi à se combattre les uns les autres. Les mouvements de masse entrent de plus en plus en conflit avec les droitiers fidèles à Mao, comme Zhou Enlai, et avec les chefs militaires conservateurs, en particulier dans les provinces où le pouvoir de Lin Biao est plus faible. C’est ce qui a conduit à l’incident de Wuhan en juillet 1967. Le général Chen Zaidao réprime les radicaux dans sa province. Il se mutine contre les dirigeants Maoïstes de Pékin. Bien qu’il ait été officiellement écarté temporairement, le vent tournait en défaveur des mouvements de masse. De plus en plus de gens se retournent contre les mouvements à mesure que la violence s’étend. La mission Britannique est mise à sac par les Gardes Rouges. Le ministère des affaires étrangères est pris d’assaut. Les diplomates étrangers sont battus. Les radicaux commencent à réclamer l’éviction de Zhou Enlai et appellent les masses à “traîner” dans les provinces les chefs militaires qui s’opposent à la Révolution Culturelle. Pour Mao, la situation devenait trop incontrôlable. Tout au long de la fin de l’année 1967 et de l’année 1968, les mouvements d’étudiants et d’ouvriers ont pris fin. Zhang Chunqiao demande désormais que les Gardes Rouges soient disciplinés par des travailleurs organisés en équipes de travail, ce qui n’est pas sans rappeler la réaction antérieure de Liu Shaoqi au mouvement étudiant. Cependant, c’est souvent à l’armée de Lin Biao, le bras le plus fort et le plus opérationnel de l’État, qu’il incombe de mettre fin à la violence entre les factions. Le pouvoir des mouvements de masse est confié aux Comités Révolutionnaires. Le Neuvième Congrès devait se tenir en 1969, le pouvoir étant fermement entre les mains des Maoïstes. C’est lors du Neuvième Congrès du Parti Communiste que Lin Biao sera au sommet de son pouvoir. Le bloc de pouvoir le plus important au Congrès était l’armée. Il incombe à Lin Biao de lire le rapport du Neuvième Congrès. C’est là que Lin Biao sera officiellement inscrit dans la constitution du parti en tant que successeur de Mao.

Lors du Neuvième Congrès, en Avril 1969, de profondes divisions sont apparues en filigrane. En effet, de nouvelles luttes de pouvoir éclataient au sein du camp Maoïste. Avant même le Neuvième Congrès, de nombreux jeunes Maoïstes étaient tombés avec l’approbation de Mao afin que ce dernier puisse apaiser les éléments conservateurs. Mao, anticipant les luttes à venir, avait commencé à renouer avec le “courant adverse”, politiquement exilé, qui avait constitué la principale opposition à la Révolution Culturelle. Mao et Zhou Enlai ont confié aux droitiers et révisionnistes déchus – Chen Yi, Ye Jianying, Xu Xiangqian et Nei Rongzhen – la tâche d’élaborer une nouvelle politique étrangère qui ne soit pas aussi restrictive que le modèle associé à la guerre populaire mondiale de Lin Biao. (8) Lors du deuxième plénum à Lushan en 1970, des luttes sont apparues entre deux Maoïstes de premier plan, Chen Boda et Zhang Chunqiao. Mao finit par se ranger contre Chen Boda, qui s’était associé à Lin Biao. Après la conférence, Mao commença à s’opposer plus ouvertement à Lin Biao. Mao entreprend une tournée des provinces afin de rechercher ouvertement le soutien de la partie de l’armée qui s’était opposée à la Révolution Culturelle et à Lin Biao. Peu après, en septembre 1971, Lin Biao meurt dans un mystérieux accident et est accusé d’avoir fomenté un coup d’État.

Dans les années qui ont suivi sa mort, de nombreuses politiques de la Révolution Culturelle qui avaient été associées à Lin Biao ont été inversées. De nombreuses politiques attribuées à Lin Biao, en particulier sa doctrine de guerre populaire mondiale, ont été rejetées au profit de politiques plus conservatrices. Les politiques économiques de gauche du “Saut Volant”, associées à Chen Boda et Lin Biao, ont été renversées en faveur de la position de compromis atteinte entre les Maoïstes et les Révisionnistes avant la Révolution Culturelle. Bon nombre des hauts dirigeants qui avaient été purgés pour consolider la position de Lin Biao ont été réhabilités. Ceux qui avaient été disgraciés en tant que ” Courant Adversaire ” ont été à nouveau loués. Mao a même réhabilité le “deuxième plus grand capitaliste”, Deng Xiaoping. Une grande partie de la Révolution Culturelle a été annulée et le pouvoir de Zhou Enlai et de la droite s’est accru. Les seuls Maoïstes qui restaient pour s’opposer aux révisionnistes étaient le groupe de Shanghai – Jiang Qing, Zhang Chunqiao, Yao Wenyuan et Wang Hongwen – qui serait plus tard connu sous le nom de “Bande des Quatre”. Bien que la chute de Lin Biao ait permis au groupe de Shanghai de s’élever, leur pouvoir réel ne correspondait pas à leurs titres officiels. Bien qu’ils aient des titres impressionnants, des positions impressionnantes dans la structure du pouvoir, leur pouvoir dépendait presque entièrement du prestige de Mao. Or, le soutien de Mao à la gauche avait diminué depuis l’apogée de la Révolution Culturelle en 1967. Malgré cela, cette gauche résiduelle allait entrer en conflit avec les révisionnistes ascendants tout au long des années 1970. Dans cette lutte pour le pouvoir, l’image et la mémoire de Lin Biao joueront un rôle clé. Les deux camps ont attaqué Lin Biao en disgrâce pour s’attaquer l’un l’autre. La droite cherchait à qualifier Lin Biao d'”ultra-gauche”, à utiliser son association étroite avec la Révolution Culturelle pour ternir le mouvement dans son ensemble et les militants qui restaient. La gauche a cherché à rompre le lien entre Lin Biao et la Révolution Culturelle. Elle a cherché à le faire qualifier d'”ultra-droitier” afin d’attaquer Zhou Enlai et Deng Xiaoping. C’est dans le contexte de ces luttes politiques que l’enquête sur l’incident de Lin Biao a été menée. Comprendre ces luttes est la clé pour comprendre l’origine des fabrications autour de Lin Biao. C’est dans ce contexte que les preuves contre Lin Biao ont été inventées.

Un regard sur les preuves et les événements

La plupart des preuves contre Lin Biao ont été produites par le Groupe central d’examen des cas, un groupe dirigé par des gens de droite comme Zhou Enlai, mais comprenant aussi des gens de gauche comme Zhang Chunqiao. Les enquêteurs auraient contraint les témoins à témoigner à la fois par la carotte et le bâton. Li Wenpu a bénéficié d’un traitement de faveur pour son témoignage, tandis que le traitement de Wu Faxian était un exemple de la seconde méthode. (9) (10) Les aveux sont des drapeaux dans le vent politique. Les témoignages, principalement ceux des associés de Lin Liguo, le fils de Lin Biao, portent la marque des luttes politiques de l’époque. En d’autres termes, les aveux eux-mêmes sont incohérents, mais s’adaptent aux vents politiques changeants. Ils sont donc très suspects. Plus tard, lors de la parodie de procès de 1980 à 1981, les personnes accusées de crimes ont cherché à obtenir la clémence en donnant à leurs accusateurs ce qu’ils voulaient. Chen Boda, qui avait passé des années en prison, a donné à ses accusateurs ce qu’ils demandaient, sans se défendre du tout. Il en a été de même pour les généraux de Lin Biao. Yao Wenyuan et Wang Hongwen de la “Bande des Quatre”, qui venaient d’être arrêtés en 1976, se sont effondrés devant leurs accusateurs. Zhang Chunqiao, mourant d’un cancer de la gorge, s’assoit silencieusement en signe de protestation. Jiang Qing, l’épouse de Mao, pointe du doigt ses accusateurs et Mao lui-même. Le procès a été une étape. Plus récemment, d’anciennes superstars Maoïstes se prosternent devant le régime capitaliste dans les médias pour essayer de trouver des faveurs. C’est ce qui semble s’être passé dans le cas de Wang Li, par exemple. À l’époque de l’incident de Lin Biao et des procès-spectacles, il y a eu peu de procédures régulières. Il n’est pas surprenant que les personnes accusées d’être liées à l’incident de Lin Biao aient donné à leurs accusateurs ce qu’ils voulaient, non seulement du point de vue pénal, mais aussi du point de vue politique. Au moment des simulacres de procès de 1980 et 1981, le nouveau procès de Lin Biao, de nombreux membres du Groupe Spécial, les enquêteurs initiaux du vivant de Mao, étaient eux-mêmes morts et en disgrâce ou inculpés maintenant que la “Bande des quatre” était tombée. Ainsi, une grande partie des preuves recueillies a été mise de côté pour s’adapter au climat politique. Au moment du nouveau procès, Lin Biao n’était plus considéré comme un “ultra-droitier”, mais comme un “ultra-gauchiste”, à l’instar de nombreux enquêteurs précédents qui étaient eux-mêmes accusés. Dans un contexte où les droits de la défense sont peu respectés, où les luttes politiques sont une question de vie ou de mort et où les personnes chargées d’enquêter sur l’incident ont un intérêt significatif dans le résultat, nous devrions être très méfiants à l’égard des preuves.

Falsifications et fausse confessions

Les premiers documents publiés par le Comité Central sur l’incident ne mentionnaient pas ce qui deviendrait plus tard la partie clé de l’histoire. Les premiers documents d’Octobre à Novembre 1971, publiés après l’incident, contiennent des incohérences et ne mentionnent rien de spécifique sur le coup d’état qui serait décrit plus tard dans “Aperçu du projet 571”, un document qui aurait été rédigé par les comploteurs et qui décrirait leur plan. Les caractères chinois “571” sont un homonyme de “soulèvement militaire”. Les premiers documents sont basés sur des confessions d’associés du fils de Lin Biao, Lin Liguo. Les premiers documents affirment que Lin Biao est un traître à la patrie, un assassin de Mao et un conspirateur qui projette d’établir un gouvernement séparé à Guangzhou. Les premiers documents ne mentionnent pratiquement pas le coup d’État. Le 12 septembre 1971, dans le “Document n° 60 du Comité central, Communiqué concernant l’incident antiparti du 12 septembre de Lin Biao”, l’allégation spécifique d’un coup d’État apparaît surtout comme une réflexion après coup. Par exemple, le document ne décrit pas une tentative de coup d’État organisée impliquant une prise de pouvoir par des unités militaires. Il est plutôt fait état d’un attentat manqué contre la vie de Mao, visant à faire exploser un train dans lequel se trouvait le président Mao, près de Shanghai. (11) Le complot contre Mao n’est mentionné que brièvement, en une phrase. La majeure partie du document est consacrée à la description de la trahison présumée de Lin Biao, qui se serait rendu à l’ennemi, aurait fui en Union soviétique, aurait volé des documents secrets et l’avion Trident. Le coup d’État n’est mentionné que dans la dernière phrase, pour affirmer qu’il a été déjoué. Ce n’est que deux mois plus tard, en novembre 1971, qu’un autre document du Comité central mentionne la découverte du coup d’État décrit dans l’Esquisse. Cela suggère que ceux qui avaient fait les premiers aveux n’avaient pas vu l’Esquisse malgré leurs aveux ultérieurs. Le fait que le Comité central ait dû faire suivre ce document d’un autre décrivant le coup d’État de Lin Biao suggère qu’il avait du mal à relier la tentative de fuite de Lin Biao au crime principal, le coup d’État. (12) En d’autres termes, le coup d’État n’était pas le thème central du récit de Lin Biao dès le début. Son importance a évolué. Et lorsque les gens ont trouvé l’histoire du coup d’État difficile à croire, d’autres documents ont été falsifiés et d’autres aveux ont été obtenus pour s’adapter au récit émergent. Un chercheur s’interroge :

“Un examen critique de la version officielle de la crise Lin Piao révèle des contradictions remarquables. Les premiers documents de septembre 1971 ne disent rien des contacts secrets avec l’URSS, et ils ne sont mentionnés que brièvement en 1972. Avant l’été 1973, les circulaires du Centre maintenaient que ces événements s’étaient concentrés sur le 12 septembre, et ce n’est qu’ensuite qu’elles ont commencé à mentionner l’appel de Lin à un coup d’État le 8 septembre… La version originale des événements concentrés sur le 12 septembre avait-elle rencontré le scepticisme des cadres du Parti, de sorte que des corrections s’imposaient ?” (13)

Il est également important de noter que le médecin de Mao, Li Zhisui, se souvient que Mao ne semblait pas craindre pour sa vie lorsqu’ils se sont réunis dans le Grand Hall du Peuple, alors que Lin Biao était censé s’enfuir. Le docteur Li Zhisui lui-même jette un doute sur l’histoire du coup d’État qui se dessine : “Le radar chinois suivait l’itinéraire de l’avion et les rapports sur sa position continuaient à parvenir à Wang Dongxing et Zhou Enlai. L’avion se dirigeait vers le nord-ouest, en direction de l’Union soviétique. Plus tard, les documents officiels décrivant le vol de Lin ont indiqué que l’intention initiale de Lin était de voler vers le sud jusqu’à Guangzhou pour mettre en place un gouvernement séparé. Je n’ai jamais entendu cela lors du deuil du 13 septembre”. (14) Le médecin de Mao, qui était proche de Mao au moment des faits, déclare : “Je ne crois pas que Mao ait jamais pensé que Lin Biao pouvait comploter pour l’assassiner et s’emparer du pouvoir”. (15)

Le coup d’État décrit dans l’Esquisse n’est mentionné qu’après novembre 1971, après que le Groupe spécial a obtenu le schéma. (16) L’Esquisse aurait été trouvé sur une table un mois après l’incident à l’Académie de l’armée de l’air où Lin Liguo et ses associés avaient l’habitude de se réunir. Il aurait été envoyé à Zhou Enlai le 9 Octobre 1971. Il l’a montré à Mao. Zhou Enlai aurait hésité à publier le document. De même, Mao n’aurait pas cru que l’Esquisse était le plan de Lin Biao, mais aurait décidé de la publier malgré tout. La confession de Li Weixin est censée établir un lien entre l’Esquisse et Lin Biao. L’Esquisse serait le résultat d’une réunion tenue le 20 mars 1971 à Shanghai entre Zhou Yuchi, Yu Xinye et Li Weixin. Lin Liguo leur aurait demandé de rédiger un plan sur ordre de Lin Biao. Selon l’histoire officielle, c’est Yu Xinye qui a rédigé le plan. Cependant, même si l’on accepte l’histoire officielle douteuse selon laquelle Yu Xinye a rédigé le plan, aucun lien n’a jamais été établi entre le plan et Lin Biao. Le seul lien est que Yu Xinye était un collègue de Lin Liguo. En outre, le fait que l’Esquisse ait été introduite dans les aveux si tardivement suggère que les aveux reliant l’Esquisse à Lin Liguo et Lin Biao ont eux-mêmes été produits dans ce but. En d’autres termes, si un tel plan avait réellement existé, le coup d’État qu’il décrit aurait certainement été au centre de l’histoire dès le début. Au lieu de cela, l’Esquisse et les confessions censées authentifier l’Esquisse arrivent tardivement sur la scène pour s’adapter au récit émergent. Et, comme l’Esquisse elle-même, les confessions de Li Weixin et d’autres ont été obtenues par le Groupe Spécial, connu pour son manque de respect des procédures. (17) Le médecin de Mao a émis des doutes sur l’histoire du coup d’État : “Je ne sais pas si le rapport détaillant la conspiration de Lin Biao était exact. Zhou Enlai, après tout, avait un intérêt personnel dans le résultat”. (18) Le fait que le plan s’adapte aux besoins changeants des luttes politiques de la période post-Lin Biao suggère qu’il a été rédigé après l’incident de Lin Biao.

Il y avait une raison pour laquelle le régime devait accuser Lin Biao d’autre chose que d’avoir simplement tenté d’assassiner Mao ou de l’avoir accusé de trahison pour s’être enfui, etc. Ces accusations ne justifient pas le type de purge que le régime a cherché à mettre en œuvre contre les partisans de Lin Biao dans l’armée. Le régime a utilisé la disgrâce de Lin Biao pour faire le ménage, pour écarter les militaires de la politique, ce qui était l’un des objectifs de Mao depuis le neuvième congrès en avril 1969. Ce qui semble s’être passé, c’est que le régime a décidé très tôt d’utiliser la crise à des fins politiques, pour purger les partisans de Lin Biao. Cependant, le régime a eu du mal à établir le lien entre la fuite de Lin Biao et l’histoire du coup d’État qui devait être utilisée pour justifier une purge plus large. C’est pourquoi de plus en plus de documents sont publiés pour justifier les actions du régime. Il est intéressant de noter que la version des événements de 1980-1981 diffère de celle de 1971-1972. Le procès de 1980-1981 ne condamne pas les généraux de Lin Biao pour avoir “tenté d’établir un gouvernement séparatiste à Guangzhou”. Le procès éclair de 1980-1981 a également rejeté l’accusation initiale selon laquelle les généraux étaient impliqués dans des tentatives d’assassinat de Mao ou d’organisation d’un coup d’État. La raison de la divergence entre les deux séries d’accusations est évidente. En 1980, le problème de l’éviction des partisans de Lin Biao du pouvoir et du retrait des militaires de la politique civile avait été résolu par la purge qui avait suivi immédiatement la mort de Lin Biao. Il n’y avait aucune raison de maintenir les fausses accusations contre les généraux déjà déchus en 1980-1981.

Connaissances militaires manquant d’intrigue

L’une des premières choses que l’on remarque, c’est que l’Esquisse n’est pas vraiment un plan de coup d’État, mais qu’il s’agit plutôt de 24 petites pages de notes confuses. (19) L’une des premières choses qui frappent est le manque de détails ou de connaissances militaires contenus dans l’Esquisse. L’Esquisse est loin d’être un plan sérieux pour un coup d’État. Si Lin Biao avait l’intention de faire un coup d’État dans un pays aussi grand que la Chine, on s’attendrait à ce qu’il ait élaboré quelque chose de plus sophistiqué que quelques notes brouillonnes sur des post-its. Au début de la Révolution Culturelle, alors que l’on craignait un coup d’État ou un contre-coup d’État, pour ou contre les Maoïstes, Lin Biao a réussi à déjouer les plans de Luo Ruiqing, qui était alors chef d’état-major de l’armée. Dans ce contexte passionné, Lin Biao a pu remplacer la garnison de Pékin par des troupes qui lui étaient fidèles. Lin Biao, avec Mao, a préparé le terrain pour la Révolution Culturelle afin de prendre le pouvoir à l’élite du Parti qui s’opposait à eux. Lin Biao n’était pas étranger à ces préparatifs militaires. Au début de la Révolution Culturelle, Lin Biao avait transformé l’armée en une sorte de double pouvoir – nouveaux médias, nouvel art et nouvelle culture, nouvelle éducation politique, etc. Lin Biao était connu comme un général brillant qui s’appuyait sur des stratégies complexes pour remporter ses victoires. Ce que l’on trouve dans l’Esquisse est bien trop maladroit pour avoir été un véritable plan rédigé par le “plus grand général de Chine”. La fille du chef déchu de l’armée de l’air, Jin Qui, déclare :

“Celui qui a rédigé le plan n’avait qu’une connaissance limitée des tactiques et de l’organisation militaires. Par exemple, les forces de base des conspirateurs étaient censées se trouver dans les quatrième et cinquième armées de l’air, les neuvième, dix-huitième et trente-quatrième divisions de l’armée de l’air, le vingt-et-unième régiment de chars et, étrangement, l’administration de l’aéronautique civile. L’auteur du complot estimait donc que pas plus d’une demi-douzaine d’unités militaires soutiendraient le coup d’État. Il est difficile d’imaginer que Lin, qui avait commandé un million de soldats et connaissait parfaitement les exigences de chaque situation militaire, accepterait une telle estimation des forces comme étant suffisante pour mener à bien un coup d’État. Il est tout aussi douteux que Lin se soit autant appuyé sur l’armée de l’air pour assurer le succès de l’opération”. (20)

Ce plan visait à établir un régime rival à Guangzhou. Ni Ding Sheng, le commandant de la région, ni Liu Xingyuan, le commissaire politique régional, n’étaient particulièrement liés à Lin Biao, bien qu’ils aient été les subordonnés du chef d’état-major Huang Yongsheng, qui était originaire de Guangzhou. Lorsque Mao a cherché à renforcer le soutien contre Lin Biao et Huang Yongsheng, il s’est rendu à Guangzhou pour s’entretenir avec Ding Sheng. C’est à Ding Sheng que Mao a fait confiance pour “tester le vent” auprès des subordonnés de Ding Sheng, en lui demandant de recueillir des avis sur la question suivante : “Que se passerait-il si Huang Yongsheng se retrouvait dans une situation d’urgence ? “Et… si Huang Yongsheng [le chef de cabinet de Lin Biao] est évincé ?” Bien que choqué par les questions et les déclarations de Mao, Ding Sheng déclare : “Après cela, nous sommes allés au Dishuidong à Shaoshen pour écrire ce que Mao avait dit. Puis nous sommes retournés dans nos provinces pour transmettre les points essentiels des discours de Mao.” (21) En outre, au cours de l’automne et de l’hiver 1970-1971, une opposition à l’économie de gauche de Lin Biao a été signalée à Guangzhou. Lin Biao était associé à un nouvel élan économique maoïste visant à reconstruire l’économie collective, à revigorer les communes populaires et à ” apprendre de Dazhai “, une communauté Maoïste modèle. La presse de Guangzhou a mis en garde contre “la mentalité de stagnation, de pessimisme et l’attitude selon laquelle on ne peut rien accomplir d’important”, ainsi que contre “une fausse fierté et une autosatisfaction”, qui pourraient “empêcher les gens de vraiment tirer des leçons de l’exemple de Dazhai” . (22) Guangzhou a été le théâtre de l’opposition aux efforts de Lin Biao pour reconstruire l’économie collective. Ce n’est pas vraiment un bon endroit pour Lin Biao de mettre en place un Comité Central rival. Le fait que Ding Sheng et Liu Xingyuan aient conservé leur poste après Lin Biao en dit long. Le seul soutien de Lin Biao dans la région était Gu Tongzhou, le chef d’état-major de l’armée de l’air régionale, et une petite centaine de membres du détachement de combat de Guangzhou censés être associés à la “flotte commune” du coup d’État. Pour expliquer ce décalage évident entre l’Esquive et la réalité, certaines versions du récit ont cherché à réinterpréter Guangzhou non pas comme le siège du régime rival, comme l’indique l’Esquisse, mais en affirmant que Guangzhou devait être utilisé comme tremplin pour fuir vers Hong Kong. (23) Cet effort pour rendre l’Esquisse plus plausible devrait nous indiquer à quel point la lettre littérale de l’Esquisse n’est pas plausible. Et les mêmes problèmes subsistent. Cela jette le doute sur le fait que Lin Biao, Lin Liguo ou toute autre personne connaissant de près le réseau de loyauté de Lin Biao ait eu un rôle important à jouer dans la rédaction de l’Esquisse. Cela exclut même l’entourage de Lin Liguo qui aurait reçu l’ordre de rédiger le plan. Si on leur avait confié la rédaction d’un plan de coup d’État, on aurait certainement attendu d’eux qu’ils connaissent les forces et les faiblesses relatives du soutien de Lin Biao en dehors de Pékin. Qi Jin suppose que Lin Liguo a peut-être demandé à ses associés de commencer à élaborer des plans pour divers complots contre Mao. Elle pense que les subordonnés de Lin Liguo ont été pris au piège. Ils n’avaient pas l’intention de faire un coup d’État ou de tuer Mao, mais ils ne pouvaient pas non plus refuser l’ordre de leur protecteur. Selon elle, l’Esquisse doivent être considérées comme une tentative d’apaisement de leur patron, mais pas comme un plan sérieux. Bien qu’il s’agisse d’une meilleure explication que le compte rendu officiel, elle n’a toujours pas de sens. Une fois de plus, elle n’explique toujours pas l’énorme décalage entre la réalité et l’Esquisse. Il est certain qu’ils auraient eu des connaissances qui leur auraient permis d’élaborer un plan. Ils n’auraient pas décidé au hasard de choisir Guangzhou comme lieu d’implantation du nouveau régime rival. Le manque de connaissances sur la force réelle de Lin Biao suggère que les grandes lignes ont été écrites par quelqu’un qui était plus éloigné de Lin Biao et de Lin Liguo. Cela suggère également que l’auteur n’était pas assez sophistiqué pour prévoir ce problème flagrant dans le document.

De même, les plans d’assassinat de Mao contenus dans l’Esquisse et les confessions ont des allures de livre d’aventures, de James Bond. Mao devait être tué par des moyens très exotiques. De nombreux plans d’assassinat de Mao ont été élaborés, dont l’un prévoyait l’utilisation d’un lance-flammes dans son train. Un autre prévoyait d’utiliser des canons antiaériens lourds pour tirer à bout portant sur le train. Des enquêtes sur les armes chimiques auraient également été menées. Un plan prévoyait simplement l’utilisation d’un pistolet, mais la majorité des plans sont excessivement compliqués et manifestement irréalisables, avec de nombreux facteurs échappant au contrôle de l’assassin, et de nombreux points où les choses pourraient se retourner contre lui. Ces plans ne sont pas l’œuvre d’un militaire sérieux. Il est difficile de croire que Lin Biao, s’il voulait tuer Mao, confierait une opération aussi délicate à des amateurs. Au lieu de cela, comme l’histoire du coup d’État, les allégations d’assassinat semblent douteuses. (24) Une autre partie de l’Esquisse mérite d’être clarifiée :

“Une petite bande d’hommes polis est devenue impitoyable et despotique ; de plus, elle contrôle le pouvoir militaire et se fait des ennemis de tous côtés. (25)

Étant donné que c’est Lin Biao et ses généraux qui occupaient les postes clés du pouvoir, il est difficile de voir où Lin Biao voudrait en venir avec une telle plainte s’il en était effectivement l’auteur. L’une des principales plaintes de la période post-Lin Biao était que l’on avait laissé trop de pouvoir s’accumuler entre les mains de Lin Biao. Il s’agit là d’une autre partie de l’Esquisse qui mérite d’être clarifiée. Toutefois, s’il avait été écrit par quelqu’un se faisant passer pour Lin Biao, par quelqu’un n’ayant pas une connaissance approfondie des rouages de l’armée, c’est le genre de plainte confuse à laquelle on pourrait s’attendre.

Le complot du coup d’État fait l’éloge des ennemis de la Chine, mais pas de l’Occident

Le bon sens : si l’on préparait un coup d’État, on s’assurerait de présenter ses actions comme celles d’un patriote, et non comme celles d’un traître. Le document est tellement amateur qu’il s’évertue à présenter sous un jour favorable la quasi-totalité des principaux ennemis de la Chine. L’Union soviétique, qui commençait à être perçue comme le principal ennemi de la Chine sur la scène mondiale, est présentée sous un jour favorable. En outre, l’Esquisse contient même des références positives aux fascistes, à la fois au Guomindang et, de manière plus choquante, aux Japonais. Le document déclare :

“La confrontation entre la Chine et l’Union soviétique donne du fil à retordre à cette dernière ; notre action aura le soutien de l’Union soviétique.”
(26)

Ce sont des mots étranges pour quelqu’un qui a construit toute sa carrière en s’opposant au révisionnisme Soviétique. Après le Grand Bond, de nombreuses luttes politiques n’ont pas été résolues. Il y avait beaucoup de tension sous la surface. Dans le cadre des retombées du Grand Bond, Lin Biao remplace Peng Dehuai au poste de ministre de la défense. Peng Dehuai avait critiqué les politiques économiques Maoïstes pendant le Grand Bond. Peng Dehuai avait également critiqué le culte de la personnalité autour de Mao. Les critiques de Peng Dehuai à l’égard de l’économie et du populisme Maoïste ont été reflétées au niveau international par Khrouchtchev qui a également critiqué Mao. Lin Biao a aidé Mao à lutter contre les révisionnistes à l’étranger et à l’intérieur du pays. La carrière politique de Lin Biao s’est déroulée en tant que partisan de la lutte Maoïste. Il a cherché à transformer l’armée selon les principes Maoïstes, en s’éloignant de la rigidité, de la hiérarchie et du professionnalisme Soviétiques. La politisation selon les principes Maoïstes était une étape importante dans la préparation de la base institutionnelle pour le lancement de la Révolution Culturelle, elle garantissait également que les Maoïstes contrôleraient les armes dans les luttes à venir – du moins la plupart du temps. L’éducation politique, le culte de Mao, etc. étaient en partie des efforts pour assurer la loyauté de l’armée dans la crise à venir. L’armée était désormais une institution Maoïste qui n’était pas seulement une force de combat, mais qui s’impliquait dans la société dans son ensemble, diffusant l’influence Maoïste. La lutte entre Lin Biao et Luo Ruiqing, alors chef d’état-major de l’armée, est une autre lutte importante au sein de l’armée avant la Révolution Culturelle. Cette lutte a soulevé de nombreuses questions. Toutefois, Lin Biao a juxtaposé sa doctrine de guerre populaire globale, exposée dans Vive la victoire de la guerre populaire ! qui s’opposait aux empires Occidentaux et Orientaux, à celle de Luo Ruiqing, intitulée Le peuple a vaincu le fascisme Japonais et il peut certainement vaincre l’impérialisme Américain aussi, qui cherchait un front uni avec l’Union soviétique contre l’Occident. Une fois de plus, Lin Biao s’est associé, ainsi que son principal ouvrage théorique, à la lutte contre l’Union soviétique, au lieu de se réconcilier avec les sociaux-impérialistes. Si nous devons croire l’Esquisse, alors nous devons croire que Lin Biao a révisé presque toutes les positions politiques auxquelles il a été associé pendant des décennies. Ce n’est pas seulement improbable, c’est aussi de la mauvaise politique. Quelqu’un qui cherche à prendre le pouvoir ne va pas projeter l’image d’une personne hésitante, en particulier auprès de ses partisans.

Plus scandaleux encore, l’Esquisse fait l’éloge des fascistes chinois et japonais, les deux principaux ennemis historiques du Parti communiste :

“Menez résolument toutes les actions conformément aux ordres et faites preuve de l’esprit d’Edashima. Soyez prêts à mourir pour la cause. (27)


L'”esprit d’Edashima” fait référence à la tradition japonaise des samouraïs qui consiste à se sacrifier et à se battre jusqu’au bout. Le slogan “La mort avant le déshonneur”, utilisé par Chaing Kai-shek pour former ses cadres du Guomindang, apparaîtrait dans certaines versions du texte. (28) La guerre civile et la guerre de libération étaient encore fraîches dans l’esprit du peuple Chinois. Le souvenir douloureux des atrocités commises par les fascistes était également frais. Les expériences douloureuses de l’occupation et du génocide font encore aujourd’hui partie intégrante du récit qui forge l’identité de la Chine moderne. Se sacrifier et se battre contre les fascistes pour la libération de la Chine était une marque d’honneur. Les adultes de la génération de Lin Biao décrivaient à leurs familles les batailles héroïques contre les Japonais et le Guomindang. Les jeunes jouaient des batailles célèbres et lisaient les récits des courageux combattants qui se sont battus contre ces ennemis. Les soldats vétérans de la génération de Lin Biao avaient passé une grande partie de leur vie à combattre le Japon fasciste et impérial, dont les troupes se comparaient à des samouraïs des temps modernes. Ils avaient passé une grande partie de leur vie à combattre le Guomindang. Les patriotes chinois qui cherchaient à sauver la Chine ne se définissaient pas en termes d’ennemis historiques de la Chine. Même ceux qui pensaient consciemment trahir la Chine n’auraient pas l’outrecuidance de se caractériser de la sorte. Ce serait de la folie et de la mauvaise politique à l’extrême. Lin Biao a gagné son titre de “plus grand général de Chine” en luttant contre les fascistes japonais et le Guomindang. Il est absurde de suggérer que Lin Biao aurait pu rédiger ou superviser le document. La réputation de Lin Liguo était liée à celle de son père. Il est extrêmement douteux qu’un proche de Lin Biao ou de Lin Liguo ait pu écrire l’Esquisse. Cependant, un faussaire peu sophistiqué ou quelqu’un de paniqué aurait pu préparer un document aussi peu soigné et peu convaincant.

Le seul ennemi curieusement absent est celui des États-Unis et des impérialistes Occidentaux. Cela nous éclaire sur l’origine du document. L’Esquisse n’hésite pas à associer Lin Biao à l’Union soviétique, aux Japonais et au Guomindang. À une époque où Mao faisait des ouvertures aux États-Unis, jetant les bases d’une alliance de facto avec les impérialistes Occidentaux contre l’Union soviétique, le document omet tout lien entre Lin Biao et les États-Unis ou les impérialistes Occidentaux. L’auteur du document devait avoir une certaine connaissance de l’évolution de la situation politique et s’assurer de lier Lin Biao aux bons ennemis, et non à d’anciens ennemis en passe de devenir des alliés de fait. Même si le document est maladroit, son auteur avait une connaissance suffisante de la politique pour savoir qu’il fallait éviter de lier Lin Biao aux efforts actuels de Mao pour dégeler les relations entre la Chine et l’Occident.

Espion contre codes espion

L’Esquisse est parsemée de codes distinctifs, mais peu clairs. Les caractères chinois du titre contiennent “571”, un homonyme de “soulèvement armé”. Le falsificateur répète “571” à de nombreuses reprises dans le document. Par exemple, “571” apparaît au moins quatre fois dans la page d’ouverture. Parmi les autres codes, citons : “B-52″, ” l’enclo”, ” la flotte “, ” les cuirassés”, “le Chef”, etc. (29) Ces noms de code transparents n’ont aucune utilité militaire ou sécuritaire, mais ils donnent à l’Esquisse un certain air de James Bond. L’Esquisse s’apparente davantage à un roman d’espionnage ou à une pièce de théâtre qu’à un véritable document militaire. Une fois de plus, cela confère à l’Esquisse une qualité sophomorique. Il suggère l’arrogance, la jeunesse.

La langue des aveux correspond à celle de l’Esquisse. Dans les aveux, Lin Biao est appelé “le Chef”. Ye Qun, l’épouse de Lin Biao, est “la comtesse”. (30) Puisque l’Esquisse est un faux, cela suggère que les aveux sont également suspects. Il semble inconcevable qu’un groupe de comploteurs sérieux choisisse un ensemble de pseudonymes qui mettent en évidence leur propre arrogance. Si le “despotisme féodal” est l’une des principales plaintes de l’Esquisse, pourquoi Lin Biao, et surtout sa femme Ye Qun, choisiraient-ils des pseudonymes qui soulignent leur distance par rapport aux masses ? C’est particulièrement vrai pour le pseudonyme supposé de Ye Qun, qui est un titre féodal. L’une des principales réalisations de la révolution Chinoise a été de débarrasser la Chine des “deux montagnes” que sont le féodalisme et l’impérialisme – une lutte à laquelle Lin Biao a consacré sa vie. Accuser ses ennemis de féodalisme était un pilier de la politique Chinoise, en particulier pendant la Révolution Culturelle. Les Gardes Rouges s’accusaient mutuellement d’être des “royalistes”. Liu Shaoqi était accusé de s’apparenter à un seigneur féodal. Lors des révoltes paysannes, les seigneurs féodaux étaient parfois contraints de porter des bonnets pointus pour les humilier. Au cours de la “campagne de critique de Lin Biao et de Confucius”, la droite et la gauche du Parti s’accusent mutuellement de confucianisme et de comportement féodal. Se décrire comme un féodaliste, ne serait-ce que sous un pseudonyme, est tout simplement inconcevable pour quelqu’un qui cherche à accéder au pouvoir dans le climat politique de la Chine. Encore une fois, cela suggère un manque de sophistication de la part du falsificateur.

Un autre point qui mérite d’être mentionné est que Mao est appelé “B-52”, la désignation du célèbre bombardier américain à long rayon d’action. Il est encore une fois inconcevable que Lin Biao ou n’importe quel membre de sa génération fasse preuve d’un tel manque de respect à l’égard de Mao. Ils ont consacré leur vie à un parti dont Mao était le centre. Même les révisionnistes qui ont pris le pouvoir après la mort de Mao et ont inversé la révolution Chinoise n’ont pas traité Mao en ces termes. Même eux avaient du mal à concilier leurs critiques de Mao avec leur étroite association avec lui pendant un demi-siècle. Même Deng Xiaoping a continué à caractériser ses théories capitalistes en termes de pensée de Mao. Ce respect pour Mao perdure encore aujourd’hui. Même pour ses détracteurs au sein du Parti, qui sont apparus après sa mort, Mao est un héros plus grand que nature, quelles que soient ses erreurs. C’est une figure qui domine l’histoire, dont l’ombre s’étend sur près d’un siècle, qui est inextricablement liée à la naissance de la Chine moderne. Mao n’est pas un simple politicien. Même les révisionnistes affirment que Mao doit être considéré comme globalement correct. Même si les révisionnistes ont totalement renversé le socialisme, ils continuent d’évaluer la contribution de Mao comme étant à 70 % bonne et à 30 % mauvaise. Le respect persistant pour Mao apparaît même dans l’histoire révisionniste du parti. Quelles que soient les différences qui ont existé, il est difficile de voir ceux de la génération de Lin Biao appeler le chef de la Longue Marche “B-52”.

Lin Biao s’est associé à l’ascension de Mao depuis les luttes politiques de la Longue Marche. Lin Biao a passé la majeure partie de sa vie à suivre Mao et à encourager les autres à faire de même. Lin Biao se présentait publiquement comme le “meilleur élève de Mao”, le “plus proche compagnon d’armes”, le “successeur désigné”, etc. Lin Biao a poussé le culte de la personnalité de Mao à son paroxysme dans la perspective de la Révolution Culturelle. Lin Biao était considéré comme le principal interprète de la pensée de Mao pendant la Révolution Culturelle. Le public découvrait souvent les nouvelles instructions de Mao par l’intermédiaire de Lin Biao. Il était en quelque sorte le pape du culte. Un tel manque de respect à l’égard de Mao, même si Lin Biao en était venu à s’opposer à Mao, n’est pas seulement inhabituel pour la génération de Lin Biao, mais aussi pour Lin Biao en particulier. La légitimité de Lin Biao était liée à la légitimité de Mao et de la pensée de Mao. Un tel manque de respect serait un suicide politique pour Lin Biao. S’il en était venu à s’opposer à Mao, il aurait été beaucoup plus logique de caractériser Mao comme l’ont fait les révisionnistes modernes, c’est-à-dire comme un grand homme qui a glissé dans la vieillesse. Si l’on doit trahir quelqu’un qui est considéré comme un grand héros après une vie passée à son service, il est politiquement opportun de maintenir un ton respectueux à l’égard de Mao, et de ne pas l’appeler causalement “B-52” ou “despote féodal”. (31) Une fois de plus, l’Esquisse semble être l’œuvre d’amateurs politiques qui n’ont qu’une vague idée de ce que Mao représentait pour la génération de Lin Biao. Une telle attitude arrogante à l’égard de Mao serait difficile à trouver dans la classe politique chinoise. Une telle arrogance pourrait peut-être venir des enfants des fonctionnaires du Parti. Ils ne marchaient pas avec la légende, à travers les montagnes, en esquivant les bombes. Peut-être Mao avait-il perdu de son éclat au profit des fils et des filles de l’élite du parti au fur et à mesure que la Révolution Culturelle se déroulait. Le terme lui-même, un avion, “B-52”, évoque la jeunesse. L’attitude frivole et arrogante du faussaire ne correspond pas à celle d’un Lin Biao.

La politique dans le coup d’État

Un autre point à noter est que les plaintes politiques contre le régime de Mao dans l’Esquisse ne correspondent pas à ce que l’on sait de la politique de Lin Biao. La politique de l’Esquisse est presque point pour point à l’opposé de la politique à laquelle Lin Biao est associé. Lin Biao était considéré comme un symbole vivant de la Révolution Culturelle. Lin Biao était perçu comme un guerrier et un moine, mêlant l’ascétisme des deux. C’est par l’intermédiaire de Lin Biao que la pensée de Mao Zedong a été communiquée aux masses Chinoises. Lin Biao était perçu comme un Maoïste pur et dur, un solide homme de gauche, loyal à Mao. Même si sa personnalité publique n’était qu’un masque, il est certainement plus logique de maintenir ce masque dans une certaine mesure que de le jeter brusquement d’une manière aussi extrême. D’un point de vue opportuniste, changer brusquement de politique n’est pas de nature à susciter le respect ou l’admiration. Si la politique de l’Esquisse avait été la véritable politique de Lin Biao sous la surface, on peut se demander comment Lin Biao aurait pu progresser aussi loin au sein du régime Maoïste. Si, en effet, la politique conservatrice et réactionnaire de l’Esquisse était sa véritable politique, le fait que le régime Maoïste dans son ensemble ait pu non seulement laisser un tel prétendant s’approcher du sommet, mais qu’un tel homme ait pu être inscrit dans la constitution du Parti en tant que “successeur désigné” de Mao avec le soutien de l’ensemble de l’élite Maoïste, donne une bien piètre image du régime Maoïste en tant que tel. Ce qui est beaucoup plus probable, c’est l’évidence : la politique de l’Esquisse n’est pas celle de Lin Biao. L’Esquisse critique les Maoïstes :

“Les paysans manquent de nourriture et de vêtements. “(32)

Plus encore :

“Au début, les Gardes Rouges ont été trompés et utilisés, et ils ont servi de chair à canon ; à la fin, ils ont été supprimés et transformés en boucs émissaires. Les cadres administratifs ont été licenciés et envoyés dans les écoles de cadres du 7 Mai, ce qui revenait à leur faire perdre leur emploi. Les travailleurs (en particulier les jeunes) ont vu leurs salaires gelés, ce qui équivalait à une exploitation déguisée”. (33)

Et :

“L’envoi de jeunes intellectuels dans les montagnes et les campagnes est en réalité une forme déguisée de réforme du travail.” (34)


Et :

“Leur socialisme est, par essence, un fascisme social. Ils ont transformé l’appareil d’État chinois en une sorte de hachoir à viande pour les massacres et les conflits mutuels, et ils ont transformé le Parti et la vie politique de tout le pays en une vie patriarcale de type féodal, dictatorial et autocratique, et il est le plus grand despote féodal de l’histoire de la Chine.” (35)

Il est vrai que Lin Biao a mis l’accent sur l’économie après le neuvième congrès de 1969. Le chaos des mouvements de masse et le factionnalisme de 1967 à 1968 avaient conduit à un effondrement de l’économie collective. La phase de lutte des mouvements de masse étant terminée, Lin Biao était favorable au renforcement des communes populaires, que les Maoïstes considéraient traditionnellement comme un élément important de la transition vers des formes plus élevées de socialisme et de communisme. En 1970 encore, Lin Biao poussait à la reprise de la campagne “Apprendre de Dazhai”. (36) Toutefois, le type d’initiatives économiques que les Maoïstes avaient traditionnellement favorisé était axé sur la création d’une richesse publique, et non d’une richesse personnelle. Le type de socialisme auquel Lin Biao était associé était ascétique et militariste. Dans cette perspective, le paysan et l’ouvrier devaient se considérer comme des combattants de la guérilla, sacrifiant leur bien-être personnel pour le peuple dans son ensemble. La politique économiste de l’Esquisse reproche aux Maoïstes de dilapider les richesses du pays, d’abaisser le niveau de vie au nom de la politique, d’abaisser la richesse personnelle. Une telle critique du Maoïsme est très éloignée de l’ascétisme guerrier de Lin Biao. C’est la critique typique des Maoïstes émanant des droitiers et des révisionnistes.

Ces plaintes des économistes sont exactement le type de politique que Lin Biao, en tant que personnalité publique, a combattu. En tant que porte-parole de la révolution culturelle, Lin Biao a été associé au rejet du consumérisme occidental. Il était associé à un ascétisme de guérilla, à une révolution dans la superstructure, qui plaçait la lutte des classes au-dessus du développement d’une économie de consommation. Lin Biao a brandi le slogan “Combattez l’égoïsme ! Répudiez le révisionnisme !” Les critiques qui ont été mises dans la bouche de Lin Biao à travers l’Esquisse sont exactement celles de ses adversaires. Peng Duhuai, que Lin Biao a remplacé, a formulé des critiques similaires à l’égard de Mao pendant le Grand Bond. La défense par Lin Biao du radicalisme Maoïste est exactement ce qui l’a conduit à remplacer Peng Duhuai au poste de Ministre de la Défense. Le président de l’État Liu Shaoqi, qui occupait le rang le plus élevé dans la hiérarchie après Mao, est tombé parce que son économisme a été perçu comme du révisionnisme, comme du capitalisme. Là encore, c’est Lin Biao qui a repris son rôle de successeur de Mao. Lin Biao a également été étroitement associé à l’effort de réorganisation de l’économie selon les principes Maoïstes, le “Flying Leap” de 1969 à 1971. C’est dans les régions où le pouvoir de Lin Biao était le plus fort que les politiques Maoïstes ont été mises en œuvre, même si ce n’était que pour une courte période. Lin Biao était étroitement associé aux thèmes Maoïstes du pouvoir du peuple, de l’idéologie, de la lutte des classes, de l’expérience sociale, de l’égalitarisme, de l’atteinte du communisme, etc. Ce sont les médias de Lin Biao qui ont mis l’accent sur ces thèmes. Lin Biao était étroitement associé à l’histoire héroïque de Dazhai, une communauté agricole qui aurait surmonté de terribles obstacles et qui est devenue un modèle. Une fois de plus, cela donne des indications sur l’Esquisse. Le falsificateur cherche à relier Lin Biao à la droite, même si de telles critiques vont à l’encontre de la politique de gauche de Lin Biao. L’Esquisse critique ensuite le traitement réservé aux cadres pendant la révolution culturelle :

“Les cadres qui ont été rejetés et attaqués au cours de la lutte prolongée au sein du Parti et de la Révolution Culturelle sont en colère mais n’osent pas parler.” (37)


L’Esquisse critique même la liquidation par Mao de personnes comme Peng Duhuai et Liu Shaoqi :

“[Voyez-vous] quelqu’un qu’il avait soutenu au départ et qui n’a pas finalement été condamné à mort politiquement ?” (38)

Cette plainte va à l’encontre d’une grande partie de ce que nous savons sur Lin Biao. Après tout, Lin Biao est devenu ministre de la défense en remplaçant Peng Duhuai, critique de Mao. Plus tard, Luo Ruiqing est renversé par Lin Biao pour permettre le bon déroulement de la Révolution Culturelle. Sans le soutien de Lin Biao, les Maoïstes n’auraient pas pu mobiliser les mouvements de masse pour renverser Liu Shaoqi ou Deng Xiaoping. Lin Biao a été l’un des principaux bénéficiaires de la Révolution Culturelle. Son armée a également vu son influence augmenter, les soldats remplissant les rôles de cadres. Lorsque Mao s’est efforcé de réhabiliter le “courant défavorable de février”, composé de civils et de militaires de droite et révisionnistes qui s’étaient opposés à la Révolution Culturelle au début de celle-ci, il a rejeté la responsabilité de leur chute sur Lin Biao. Plus précisément, Mao a affirmé que Lin Biao était à l’origine de la chute du général et ministre des affaires étrangères Chen Yi. Tout ce que l’on sait de la personnalité publique de Lin Biao est en contradiction avec l’Esquisse. Il y a cependant une méthode dans cette folie. Le falsificateur cherche à éloigner Lin Biao de la gauche restante en réinventant Lin Biao comme un droitier et un révisionniste.

Zhang Chunqiao, le héros de l’intrigue

Ce qui est frappant dans le plan du coup d’État, c’est le nombre de fois où Zhang Chunqiao est mentionné. Dans l’intrigue, c’est Zhang Chunqiao qui est le grand antagoniste de Lin Biao. Zhang Chunqiao apparaît donc comme une sorte de héros face à Lin Biao, le grand méchant. Dans l’Esquisse elle-même, il est mentionné au moins deux fois par son nom, et d’autres fois par un code. Les autres Maoïstes, ceux qui allaient être connus sous le nom de “Bande des Quatre”, sont évoqués à plusieurs reprises :

“Zhang Chunqiao doit être capturé. Ensuite, il faut immédiatement faire jouer tous les instruments de l’opinion publique pour faire connaître ses crimes de traître.” (39)


Et d’après les aveux obtenus par le Groupe Spécial :

“Zhang Chunqiao étend son influence”. (40)


Et :

“Pour se débarrasser de Zhang Chunqiao et de ses partisans…” (41)


Yao Wenyuan, un associé de Zhang Chunqiao, politicien de gauche et révolutionnaire de Shanghai, est mentionné :

“Lin Liguo ajoute : Après nous être occupés de Zhang [Chunqiao] et de Yao [Wenyuan] et, si nécessaire, avoir fait appel à une partie de l’armée de l’air de Nankin pour contrôler la situation à Shanghai ; ensuite, relier d’autres forces dans tout le pays pour publier une déclaration de soutien, et forcer le Comité Central à exprimer son soutien”. (42)

Une particularité saute aux yeux. Dans un langage du coup d’État si chargé de codes pour tout le monde, pourquoi Zhang Chunqiao est-il ouvertement nommé dans l’Esquisse, d’autant plus qu’il est présenté comme un formidable opposant au coup d’État ? Le faussaire ne veut pas qu’il y ait de confusion : Zhang Chunqiao était l’ennemi de Lin Biao. Cela donne un aperçu de l’une des principales raisons de l’histoire du document et du coup d’État. L’histoire du coup d’État fait partie d’une tentative de rompre le lien entre Lin Biao et les Maoïstes restants, de rompre le lien entre Lin Biao et la Révolution culturelle qu’il avait tant représentée.

Shanghai, la base politique de la gauche restante, est mentionnée à plusieurs reprises comme le centre des problèmes potentiels pour le coup d’État de Lin Biao, tant dans l’Esquisse que dans les confessions. L’accent mis sur Zhang Chunqiao, l’accent mis sur Shanghai et la mention de Yao Wenyuan visent tous à rompre le lien entre Lin Biao et les partisans de la gauche restante. Dans l’imaginaire collectif, les Maoïstes étaient perçus comme un bloc majoritairement uni. Jiang Qing a fait ses débuts en politique en tant que conseillère culturelle auprès de l’armée, sous le patronage de Lin Biao. Lorsque Lin Biao a été associé à la tentative de coup d’État, l’ensemble du bloc Maoïste aurait pu facilement devenir suspect. La chute de Lin Biao menaçait de faire tomber toute la gauche, même s’il existait d’importantes divisions au sein du camp de gauche. Elle risquait également de discréditer la Révolution Culturelle dans son ensemble en la qualifiant de simple politique de pouvoir sectaire. Au lendemain de la chute de Lin Biao, la droite, c’est-à-dire l’entourage de Zhou Enlai et le “courant adverse”, cherche à relier les derniers gauchistes et leur politique au groupe de Lin Biao. L’histoire du coup d’État visait à empêcher que la chute de Lin Biao ne ternisse le mouvement Maoïste dans son ensemble. Jusqu’à sa mort, Mao restera enfermé dans une lutte politique visant à préserver l’héritage de la Révolution Culturelle en dépit d’une profonde opposition. L’Esquisse a très certainement été produite dans le but de limiter les dégâts pour les Maoïstes restants.

Le document est si avantageux pour Zhang Chunqiao que certains pourraient penser qu’il en est l’auteur. Cependant, Zhang Chunqiao était trop sophistiqué pour avoir produit quelque chose d’aussi maladroit. On pourrait en dire autant de Yao Wenyuan, un critique littéraire. Jiang Qing a également travaillé dans le domaine des arts. À l’exception de Wang Hongwen, la plupart d’entre eux étaient issus de milieux éduqués et avaient une expérience de la haute culture et de la haute politique chinoises. Ils auraient certainement été en mesure de produire un document plus crédible. S’ils avaient produit l’Esquisse, ils auraient certainement fait un meilleur travail. Ce qui est beaucoup plus plausible, c’est que l’Esquisse a été produite par des forces sympathiques à Zhang Chunqiao et à la gauche restante ou par des forces soumises à des pressions pour aider la gauche restante. Dans le cas de l’Esquisse elle-même, il s’agit probablement de la première hypothèse. Dans le cas des aveux authentifiés de personnes comme Li Weixin, il s’agit probablement de la seconde hypothèse. Le plus probable est qu’au moment où les enquêteurs rassemblaient les preuves, quelqu’un de sympathisant de la gauche, connaissant bien l’enquête, mais aussi peu sophistiqué, a produit l’esquisse de son propre chef. Il est parvenu par hasard aux enquêteurs, puis à Mao. Après que Mao a décidé de le publier, malgré sa conviction intime qu’il est frauduleux, les enquêteurs, en particulier ceux de gauche, produisent les aveux d’authentification. Cela explique l’évolution du récit dans les documents du Comité Central. Il pourrait s’agir du vice-président du Comité Révolutionnaire de l’Université de Qinghua, Xie Jingyi. Jiang Qing et ses alliés jouissaient d’un grand soutien sur le campus. Xie Jingyi, médecin de Mao, a tenté de tirer la sonnette d’alarme sur l’imminence d’un coup d’État avant même la chute de Lin Biao. Son mari, Xiao Su, était un officier de l’armée de l’air qui avait accès au pouvoir. Les avertissements de Xie Jingyi, datant du mois d’août, contiendraient un grand nombre de codes et de noms d’emprunt bizarres, similaires au plan ultérieur. De telles rumeurs et suspicions de complots au sein de la population et des dirigeants étaient courantes. En 1970, des rumeurs ont circulé dans le Yunnan selon lesquelles Lin Biao aurait tenté de faire abattre l’avion de Zhou Enlai. (43) Jiang Qing évoque régulièrement la menace d’empoisonnement et d’assassinat. (44) (45) Il ne serait pas surprenant que des rumeurs antérieures à l’incident, fondées sur la paranoïa, combinées à des falsifications et à des aveux politiquement motivés ou obtenus sous la contrainte, n’aient pas fait leur apparition dans le récit. Tous ces problèmes transparents liés à l’histoire du coup d’État sont certainement la raison pour laquelle le régime n’a jamais publié l’Esquisse dans son intégralité pour qu’elle soit examinée par les masses chinoises. Au lieu de cela, les polémiques contre Lin Biao ne citaient l’Esquisse que de manière sélective. Le fait que l’Esquisse ait été cachée aux masses montre à quel point elle est problématique, et le régime le savait.

Un avion qui s’écrase et un enlèvement signalé

Il y a beaucoup à réfléchir sur les événements qui ont entouré les dernières heures avant le crash du Trident avec Lin Biao à bord. S’il existait un plan préétabli pour fuir ou se rendre ailleurs afin d’établir un régime rival, il est très étrange que l’avion n’ait pas eu assez de carburant pour se rendre là où il devait aller. Il est également étrange que l’avion ait changé de cap à plusieurs reprises. Il est étrange que l’avion se dirigeait vers la Chine lorsqu’il s’est écrasé en Mongolie. Il est également étrange que des enquêteurs mongols aient rapporté que des coups de feu avaient été tirés à bord de l’avion au moment où il s’est écrasé. Il est impossible de déterminer avec certitude la cause des événements étranges qui ont entouré le crash du Trident. Cependant, la version officielle selon laquelle l’avion est tombé en panne de carburant au moment où Lin Biao s’est enfui est suspecte. Lin Biao a passé la majeure partie de sa vie en tant que soldat, réputé pour ses stratagèmes complexes. Lin Liguo était directeur adjoint du département de la guerre du commandement de l’armée de l’air. Il est étrange de penser que des officiers militaires de leur calibre n’auraient pas su remplir l’avion avec suffisamment de carburant, étant donné les décennies d’expérience militaire de ceux qui ont péri dans le vol. Qu’en est-il de l’équipage de l’avion ? N’étaient-ils pas attentifs, eux aussi ?

Il convient également de rappeler que l’appel téléphonique qui aurait alerté les autorités sur la tentative d’évasion de Lin Biao aurait été passé par la fille de Lin Biao, Lin Doudou. Elle a déclaré que Lin Biao était enlevé par sa femme et son fils. Elle a signalé ce qu’elle percevait comme un enlèvement à plusieurs reprises, mais les gardes du corps militaires de l’unité 8341 et le personnel ont ignoré ses rapports pendant les jours qui ont précédé l’incident. (46) Elle était affolée dans les derniers instants. Alors que Lin Biao était emmenée dans l’avion, les soldats ont reçu l’ordre de se retirer par téléphone depuis Pékin. Les soldats n’ont été autorisés à agir que lorsqu’il était trop tard. Au cours d’un des appels téléphoniques à Pékin, Lin Doudou a reçu l’ordre d’accompagner sa famille dont elle avait signalé l’enlèvement. ” Maintenant, la directive du Comité central du Parti est que vous devez monter dans l’avion et aller avec eux “, lui ont ordonné les soldats en contact avec Pékin. Elle a refusé. (47) L’ordre ne pouvait venir que de Mao ou de Zhou Enlai. Il semble que Mao ou Zhou Enlai aient eu connaissance du départ de l’avion et qu’ils aient espéré régler un problème en faisant monter Lin Doudou à bord pour qu’elle connaisse le même sort que le reste de sa famille. Après tout, si Lin Biao avait été à l’origine de la tentative de fuite, pourquoi aurait-il emmené toute sa famille, mais laissé sa fille qu’il aimait tant ? Lin Doudou était un problème potentiel. À ce moment-là, Zhou Enlai, s’il avait été impliqué dans un complot contre Lin Biao, n’aurait pas su dans quelle mesure Lin Doudou était au courant des événements. Il est logique qu’il ait cherché à régler le problème en la faisant monter dans l’avion. Il existe une autre indication de la connaissance préalable de Zhou Enlai. La veille de l’incident, Zhou Enlai avait vérifié l’emplacement de l’avion Trident de Lin Biao. Il va sans dire que l’inventaire de l’armée de l’air ne fait pas partie des tâches habituelles de Zhou Enlai. (48) Pour rendre les récits officiels encore plus suspects, Mao a déclaré en 1975 que “si Lin Biao ne s’était pas enfui, nous ne l’aurions pas tué”. (49) Mao a-t-il simplement déclaré que Lin Biao n’aurait pas connu le même sort que Liu Shaoqi s’il ne s’était pas enfui ? Ou bien Mao sous-entendait-il quelque chose de plus sinistre ?

Lin Doudou n’est jamais montée dans l’avion comme l’avait ordonné Pékin. Plus tard, bien qu’elle ait désobéi à Pékin, elle sera honorée pour avoir contribué à révéler le prétendu complot de son père. Elle a été présentée comme une patriote loyale qui a fait passer son pays en premier et a dénoncé la trahison de sa famille. Un document du Comité central indique qu’elle a contribué à révéler “au moment critique la commande de l’avion [pour Beidaihe] par Lin Biao, Ye Qun et Lin Liguo sans autorisation et leur complot visant à trahir le pays et à se rendre à l’ennemi”. Le Comité central a déclaré : “Lin [Doudou], fille de Lin Biao, a placé l’intérêt national au-dessus de la piété familiale en refusant de s’enfuir avec Lin Biao, et elle a signalé la situation au premier ministre à temps, ce qui a permis de déjouer le monstrueux complot de son père.” (50) Cependant, elle a dénoncé le Comité central pour avoir “emprunté son nom pour tromper le monde” parce qu’elle n’avait jamais décrit ce qui s’était passé à Beidaihe comme une tentative de Lin Biao de “s’échapper du pays”. Lin Doudou explique à Zhou Enlai ce qui s’est réellement passé, mais Zhou Enlai insiste pour qu’elle s’en tienne à la ligne officielle. Parce que Lin Duoduo n’était pas d’accord avec les événements officiels, elle a reçu l’ordre d’être “rééduquée”. La ” héroïne ” qui a révélé le complot a été assignée à résidence jusqu’à la fin de l’année 1975. (51)

Autre fait intéressant, le gouvernement chinois a décerné le titre de ” Martyr Révolutionnaire ” à Pan Jingyin, le capitaine du Trident, plusieurs années après le crash. Cet acte réhabilite et absout l’équipage de l’avion de toute implication dans le complot. Il a fait du capitaine un héros d’État. (52) Un tel honneur semble déplacé, à moins qu’il ne se soit passé quelque chose d’autre en coulisses. L’équipage était-il vraiment honoré pour son rôle dans l’élimination de Lin Biao ? Il y a tant de questions en suspens. Une seule conclusion est possible : le récit officiel est manifestement faux à bien des égards.

Le vrai Lin Biao ?

Pourquoi Lin Biao, désigné dans la constitution du Parti comme le successeur de Mao, a-t-il ressenti le besoin de renverser Mao ? Les récits officiels du régime Maoïste et post-Maoïste s’accordent à dire que Lin Biao était un renégat qui cherchait à s’emparer du pouvoir suprême pour lui-même. Cependant, Lin Biao était presque une génération plus jeune que Mao. S’il avait voulu s’emparer du pouvoir suprême, n’aurait-il pas été plus judicieux d’attendre ? Mao est mort cinq ans seulement après l’incident de Lin Biao. La santé de Mao déclinait visiblement. Lin Biao aurait pu simplement attendre que Mao s’éteigne. Il n’était pas nécessaire de défier Mao pour le leadership. Par conséquent, il n’était pas nécessaire que Mao prenne des mesures contre Lin Biao, ce qui a entraîné la réaction présumée de Lin Biao. Considérer l’enchaînement des événements de 1970 à la chute de Lin Biao comme un complot manqué de Lin Biao n’a de sens que si l’on se représente Lin Biao comme un aventurier téméraire, tellement concentré sur le pouvoir qu’il n’a pas eu la patience d’attendre cinq ans son tour au pouvoir. Après sa mort, les médias d’État ont fait tout leur possible pour présenter Lin Biao sous cet angle, mais il n’y a guère de preuves que Lin Biao ait jamais voulu que quelqu’un d’autre que Mao soit président du parti, et président de l’État d’ailleurs. Une fois l’image médiatique de Lin Biao écartée, il n’y a pas grand-chose dans les récits officiels qui justifie la réaction de Mao à l’égard de Lin Biao. Il n’y a donc aucune raison pour que Lin Biao réponde à Mao. Les récits officiels s’effondrent.

Même si Mao n’était pas satisfait de Lin Biao après 1970, il a déclaré avoir donné à Lin Biao de nombreuses occasions de faire son autocritique. “Le président Mao avait l’intention de retourner à Pékin et de rencontrer le vice-président Lin Biao afin de le persuader de renoncer à ses erreurs, selon le principe consistant à sauver le malade et à guérir la maladie.” (53) À ce moment-là, la plupart des gens s’accordent à dire que Mao n’avait pas décidé de purger Lin Biao, mais simplement d’affaiblir sa position. Mao savait à quel point Lin Biao était associé à la Révolution Culturelle. Mao était conscient que le fait d’écarter Lin Biao, qui était si étroitement associé à la Révolution Culturelle, de la direction du parti aurait jeté le doute sur la Révolution Culturelle elle-même. Les actions de Mao au cours des dernières années de sa vie montrent que, même si Mao évoluait vers la droite, il continuait à vouloir préserver l’héritage de la Révolution Culturelle. Il tenait tellement à préserver un verdict positif sur la Révolution Culturelle que Mao a fait tomber Deng Xiaoping une seconde fois lorsque ce dernier a refusé de se rallier aux vues de Mao en 1975. Mao était certainement conscient de la difficulté qu’il y aurait à dissocier Lin Biao de la Révolution Culturelle. Des années plus tard, Mao a fait une remarque ambiguë en disant que Lin Biao n’aurait pas été tué s’il n’avait pas fui. (54) Il y a peu de raisons pour un coup d’État de représailles alors qu’il est peu probable que Mao aurait pu facilement destituer Lin Biao et continuer à maintenir un verdict positif sur la Révolution Culturelle. Lin Biao savait certainement ces choses.

Un autre coup d’État ?

Ce qui rend les comptes officiels encore plus suspects, c’est que l’histoire du prétendu coup d’État de Lin Biao n’est ni la première ni la dernière fois que des ennemis politiques sont accusés de fomenter des coups d’État contre le régime avec peu de preuves. Cette accusation a également été portée contre le chef d’état-major Luo Ruiqing lorsqu’il a été destitué par les Maoïstes. Dans ce cas, les Maoïstes sécurisaient les zones de pouvoir politique, Pékin en particulier. En déstituant Luo Ruiqing, ils assuraient leur propre pouvoir sur l’armée, empêchant éventuellement un contre-coup d’État contre eux. Cependant, à l’époque, l’affirmation selon laquelle Luo Ruiqing participait activement à un coup d’État servait l’agenda Maoïste. On peut se demander dans quelle mesure elle décrivait la réalité. (55) Plus tard, l’accusation a de nouveau été portée contre “la Bande des Quatre” après leur arrestation en 1976. Tout comme Lin Biao a été accusé d’avoir fomenté un coup d’État en 1971, un récit a été inventé autour de la “Bande des quatre” en 1976. Si l’histoire du coup d’État a fonctionné une fois, pourquoi changer le scénario ? De même qu’il y a eu une lutte politique autour de la définition des erreurs de Lin Biao comme étant de droite ou de gauche, il en va de même avec la “Bande des quatre”. Tout comme Lin Biao est passé d’ultra-gauche en 1971 à ultra-droite en 1973, puis à ultra-gauche en 1979, la “Bande des Quatre” est passée d’ultra-droite en 1976 à ultra-gauche en 1979. Dans les deux cas, les erreurs politiques ont été redéfinies au fur et à mesure que différentes factions accédaient au sommet de la politique chinoise.

Théorie et practique

L’incident de Lin Biao est l’un des événements les plus importants non seulement de la Révolution Culturelle, mais aussi de la révolution chinoise dans son ensemble. Après la chute de Lin Biao, le régime en place s’est orienté vers la droite. Même si la rhétorique idéologique de gauche est toujours à l’ordre du jour, le régime restauré ressemble de plus en plus à celui d’avant la Révolution Culturelle. Un observateur a décrit le régime post-Lin Biao comme “le Liu Shaoqisme sans Liu Shaoqi”. (56) Ce virage à droite n’est pas non plus passé inaperçu aux yeux de la CIA. Les États-Unis allaient développer de nouvelles relations avec la Chine tout au long des années 1970. (57) Au milieu des années 1970, les choses avaient tellement évolué vers la droite que Mao s’inquiétait à juste titre de son propre héritage et de celui de la Révolution Culturelle. Même si nombre de ses efforts pour protéger l’héritage de la Révolution Culturelle sont restés lettre morte au sein du régime et de la population, le fait que Mao se soit inquiété à ce point montre qu’il comprenait intuitivement où les choses allaient et qu’il était incapable de trouver un moyen de s’en sortir. Le mouvement de masse de la gauche a été éliminé à partir de la mi-1967. Cela a réduit à néant une grande partie des aspects ascendants de la Révolution Culturelle. En outre, la gauche militaire était tombée avec Lin Biao en 1971, de sorte que l’on ne pouvait plus compter sur la puissante institution militaire. La gauche étant affaiblie, la droite et les révisionnistes ont comblé le vide. Tout porte à croire que des questions de ligne étaient en jeu entre Mao et Lin Biao. Lin Biao a cherché à promouvoir un régime militariste de gauche qui reviendrait à l’économie et à la stabilité, tout en conservant l’accent Maoïste sur l’égalitarisme, l’ascétisme, l’idéologie et la superstructure, l’expérience sociale, la guerre populaire mondiale et l’accomplissement du communisme. Lin Biao s’est très probablement opposé à la réconciliation avec l’impérialisme Occidental, les Etats-Unis en particulier. Quelles que soient les opinions privées de Lin Biao, quels que soient ses conflits, Lin Biao était tellement attaché à la gauche par sa personnalité publique que même s’il avait voulu suivre Mao vers la droite, cela aurait été difficile. Sa chute a signifié une victoire majeure pour la dérive capitaliste vers la droite dans les années 1970. Le principal bénéficiaire de la chute de Lin Biao n’est autre que Deng Xiaoping, qui a été rétabli au pouvoir par Mao en 1973 et qui est redevenu le principal dirigeant du pays peu après la mort de Mao en septembre 1976. Le général Ye Jianying, un des leaders du “courant adverse” qui s’est opposé à la Révolution Culturelle, a été élevé au pouvoir pour remplacer Lin Biao au poste de Ministre de la Défense. Pour souligner l’importance du monopole de la violence en tant qu’élément central de l’État, Karl Marx a décrit l’État comme un “corps d’hommes armés”. Désormais, les révisionnistes contrôlent les armes. Les jours de la gauche restante, “la Bande des Quatre”, étaient comptés. Ils seraient destitués et, comme Lin Biao, accusés de fomenter un coup d’État peu de temps après avoir perdu leur protecteur à la mort de Mao en 1976. Le fait que si peu de personnes aient remis en question le récit officiel d’un moment aussi crucial de notre histoire d’un point de vue révolutionnaire montre à quel point l’écart entre la théorie et la pratique Maoïste est grand. La théorie Maoïste a beau insister sur sa rupture avec les approches policières de la lutte politique, la réalité est que la lutte politique en Chine n’a pas rompu de manière décisive avec ses prédécesseurs soviétiques. Quelles que soient leurs faiblesses, nous avons l’occasion de rectifier l’histoire. D’autres ont donné une image bien différente du plus grand général chinois :

“Selon Quan Yanchi, loin d’être un lâche bon à rien qui se soumettait à Mao pour obtenir le pouvoir, Lin Biao était arrogant et l’un des rares à affronter personnellement Mao en cas de désaccord avec lui. La seule chose que Lin Biao ne faisait pas, c’était de critiquer Mao en public ou dans son dos. L’idée que Lin Biao voulait prendre le pouvoir à Mao était un point de vue conventionnel véhiculé par la ligne officielle du gouvernement Chinois… Mao était en colère contre Lin Biao non pas parce que ce dernier voulait lui prendre le pouvoir, mais parce que Mao craignait qu’il y ait une faction de Lin
Biao contre sa ligne de la Révolution Culturelle”. (58)

Nous avons l’occasion de renverser les récits policiers qui ont tellement empoisonné l’histoire du socialisme. Car la prochaine fois que les pauvres auront le pouvoir, nous serons confrontés aux mêmes problèmes. Si nous n’abordons pas l’histoire correctement aujourd’hui, nous répéterons les erreurs du passé qui ont conduit à la contre-révolution. Rompre avec l’approche policière de l’histoire est une partie importante de la rupture avec le dogme dans son ensemble. C’est une partie importante de la mise en place de la science la plus avancée, le Communisme Lumière Guidante, aux commandes.

Notes

1. Mao’s Bloody Revolution Revealed [Documentary]. Retrieved from: https://www.youtube.com/watch?v=Wd0aW-4mV68
2. A Great Trial in Chinese History. New World Press, Beijing, China: 1981, pp. 24-25. Retrieved from: https://archive.org/details/greattrialinchin0000unse
3. Li, Zhisui. The Private Life of Chairman Mao. Random House Inc., USA: 1994, p. 542. Retrieved from: https://archive.org/details/privatelifeofcha00lizh_0
4. Barnouin, Barbara and Yu, Changgen. Ten Years of Turbulence. Keegan Paul International, England: 1993, p. 210.
5. Li, Zhisui. The Private Life of Chairman Mao. Random House Inc., USA: 1994. p. 412. Retrieved from: https://archive.org/details/privatelifeofcha00lizh_0
6. Ibid., pp. 457-458.
7. Ibid., p. 390.
8. Ma, Jisen. The Cultural Revolution in the Foreign Ministry of China. Chinese University of Hong Kong, Hong Kong: 2004, pp. 292-300.
9. Jin, Qui. The Culture of Power. Stanford University Press, California, USA: 1999, pp. 194-195.
10. Barnouin, Barbara and Yu Changgen. Ten Years of Turbulence. Keegan Paul International, England: 1993, p. 216.
11. “The CCP Central Committee Document Chung-Fa (1971) No. 60 (Abridged)” in Chinese Politics v2, Ed. Myers, James T., Domes, Jurgan, and Yeh, Milton D. University of South Carolina Press, USA: 1989, pp. 142-143.
12. Jin, Qui. The Culture of Power. Stanford University Press, California, USA: 1999. pp. 8-9.
13. Domes, Jürgen and Marie-Luise Näth. China after the Cultural Revolution. University of California Press, Great Britain: 1977, p. 130.
14. Li, Zhisui. The Private Life of Chairman Mao. Random House Inc., USA: 1994, pp. 537-538. Retrieved from: https://archive.org/details/privatelifeofcha00lizh_0
15. Ibid., p. 540.
16. Jin, Qui. The Culture of Power. Stanford University Press, California, USA: 1999, p. 171.
17. Ibid., p. 10.
18. Li, Zhisui. The Private Life of Chairman Mao. Random House Inc., USA: 1994, p. 540. Retrieved from: https://archive.org/details/privatelifeofcha00lizh_0
19. Barnouin, Barbara and Yu Changgen. Ten Years of Turbulence. Keegan Paul International, England: 1993, p. 234.
20. Jin, Qui. The Culture of Power. Stanford University Press, California, USA: 1999, p. 10.
21. Ibid., p. 192.
22. Domes, Jürgen and Marie-Luise Näth. China after the Cultural Revolution. University of California Press, Great Britain: 1977, p. 112.
23. Barnouin, Barbara and Yu Changgen. Ten Years of Turbulence. Keegan Paul International, England: 1993, p. 238.
24. Jin Qui. The Culture of Power. Stanford University Press, California, USA: 1999, p. 169.
25. “The CCP Central Committee Document Chung-Fa (1972) No. 4” in Chinese Politics v2, Ed. Myers, James T., Domes, Jurgan, and Yeh, Milton D. University of South Carolina Press, USA: 1989, p. 148.
26. Ibid., p.149.
27. Ibid., p. 153.
28. http://en.wikipedia.org/wiki/Project_571_Outline
29. “The CCP Central Committee Document Chung-Fa (1972) No. 4” in Chinese Politics v2, Ed. Myers, James T., Domes, Jurgan, and Yeh, Milton D. University of South Carolina Press, USA: 1989, pp. 146-153.
30. Ibid., p. 153.
31. Ibid., p. 148.
32. Ibid., p. 149.
33. Ibid., p. 149.
34. Ibid., p. 149.
35. Ibid., p. 148.
36. Domes, Jürgen and Marie-Luise Näth. China after the Cultural Revolution. University of California Press, Great Britain: 1977, pp. 110-111.
37. “The CCP Central Committee Document Chung-Fa (1972) No. 4” in Chinese Politics v2. ed. Myers, James T., Domes, Jurgan, and Yeh, Milton D. University of South Carolina Press, USA: 1989, p. 149.
38. Ibid., p. 152.
39. Ibid., p. 152.
40. Ibid., p. 153.
41. Ibid., p. 154.
42. Ibid., p. 155.
43. Shapiro, Judith. Mao’s War Against Nature: Politics and the Environment in Revolutionary China. Cambridge University Press, USA: 1991, p. 135.
44. Li, Zhisui. The Private Life of Chairman Mao. Random House Inc., USA: 1994, p. 497.
45. Ibid., pp. 550-551.
46. Jin, Qui. The Culture of Power. Stanford University Press, California, USA: 1999, pp. 166-177.
47. Ibid., p. 176.
48. A Great Trial in Chinese History. New World Press, Beijing, China: 1981, pp. 24-25. Retrieved from: https://archive.org/details/greattrialinchin0000unse
49. Terrill, Ross. Madame Mao. Bantam Books, USA: 1984, p. 307.
50. “The CCP Central Committee Document Chung-Fa (1971) No. 60 (Abridged)” in Chinese Politics v2, Ed. Myers, James T., Domes, Jurgan, and Yeh, Milton D. University of South Carolina Press, USA: 1989, p. 142-143.
51. Jin, Qui. The Culture of Power. Stanford University Press, California, USA: 1999, p. 189.
52. Ibid., p. 195.
53. Karol, K.S. The Second Chinese Revolution. Hill and Wang. USA: 1973, p. 415.
54. Terrill, Ross. Madame Mao. Bantam Books, USA: 1984, p. 307.
55. Jin, Qui. The Culture of Power. Stanford University Press, California, USA: 1999, p. 57.
56. Karol, K.S. The Second Chinese Revolution. Hill and Wang. USA: 1973, p. 445.
57. Intelligence Report. CIA, USA: November, 1971. Retrieved from: http://www.foia.cia.gov/sites/default/files/document_conversions/14/polo-32.pdf
58. Mobo Gao. The Battle for China’s Past. Pluto Pres: 2008, p. 108. Retrieved from: https://web.archive.org/web/20121103094507/http://www.strongwindpress.com/pdfs/EBook/The_Battle_for_Chinas_Past.pdf

Leave a Reply